ECHANGES SUR LES PROBLEMES CRUSSIAUX DE LA REGION DU TONKPI : Charles Rodel DOSSO demande à la classe politique de « faire exister notre espace vital pour faire la politique »

C’est au cours d’une rencontre d’échange au Baron à Yopougon entre les mutuelles et associations des ressortissants de la région du TONKPI à Abidjan et Charles Rodel DOSSO, 15ème secrétaire général-Adjoint du front populaire ivoirien, chargé du recrutement et de l’implantation du parti dans le Tonkpi, que les participants ont analysé la situation politique du pays, l’occupation anarchique des terres dans le Tonkpi par les allogènes, la réconciliation nationale bref, une panoplie de sujets qui freinent le développement de la région.

Dans la présentation des faits lointain, les participants affirment qu’il ya eu une affluence débordante des étrangers dans les villes et villages comme-ci c’était l’exécution d’une politique savamment préparée.

  • Occupation anarchique des terres cultivables
  • Achats desdites terres s’effectuent en dehors des règlementations, sans l’implication des

comités villageois de la gestion foncière

  • La cohabitation entre halogènes et autochtones devient difficile
  • Les conflits communautaires récurrents.

Les faits récents, selon les participants, sont entre autres : l’audience foraine en catimini qui est une foire à la fraude sur la nationalité(les extraits de naissance s’octroient aux non-nationaux en vue des pièces nationales d’identité), la délimitation en cours des parcelles cultivée sans même tenir compte des nationalités et  le risque pour certains de ne pas avoir la CNI pour son coût fixé à 5000f. Puis, à terme, les étrangers devenus frauduleusement ivoiriens deviendront propriétaires des terre et ce, au détriment des populations du Tonkpi .

Les participants à cette réunion affirment que les causes de cette situation que vit le pays et singulièrement la région du Tonkpi sont une politique bien organisée d’occupation des terres ou de vassalisation de régions ou pays, la défaillance ou la complicité de l’administration, la détention illégale d’armes à feu et, surtout la méconnaissance des lois sur le foncier rural par les populations.

Pour eux, les conséquences sont : l’arrogance des allogènes vis-à-vis des autochtones qui les ont accueilli hier, les conflits intercommunautaires à répétition et le risque de guerre civile.

Face à ce qui se dessine, les mutuelles et associations de la région du Tonkpi veulent se donner les moyens pour ne pas disparaître. C’est pourquoi, elles décident de mettre en place des cellules éclatées d’éveil et de mobilisation pour d’éventuelles actions populaires pour la cause, de redynamiser et mettre en place une stratégie de communication sur le comité de gestion foncière et définir une stratégie de récupération des terres.

Au terme de cette rencontre, Ex-Ministre Charles Rodel DOSSO a invité la classe politique à prendre les probl&egr ave;mes qui minent le pays au sérieux. Car sans pays pas de politique.

A.KONAN

               

PARTENAIRES