Dernière minute

Élections apaisées en 2020: Des acteurs politiques plaident pour un scrutin transparent

Dans le cadre de son émission-débat intitulée "Democracy in progress", l'Ambassade des Etats Unis en Côte d'Ivoire a organisé le 23 octobre, une discussion sur le thème "La violence électorale en Côte d'Ivoire:causes et remèdes pour des élections apaisées en 2020" . Ce débat s' est tenu à l' espace Américain de l' université Felix Houphouët Boigny, en partenariat avec la "radio de la paix". Les panélistes Venance Konan directeur général de " Fraternité-Matin" et Traore Souleymane, président du groupe d' études et de recherche sur la démocratie et le développement économique et social en Afrique ( Gerddes) , ont chacun donné leurs avis sur les causes de la violence lors des élections en Côte d'Ivoire. Selon Venance Konan, les causes sont liées à l' importance que l' on accorde au pouvoir politique, au pouvoir financier, mais aussi au tribalisme. Traoré Souleymane estime quant à lui que la violence découle du fait  que l' adversaire politique est considéré comme un ennemi à abattre et non comme un simple adversaire politique.il a ajouté que la violence électorale vient aussi de la contestation des résultats et des discours guerrier des hommes politiques. Il a souhaité l' éducation de ces deniers à la paix et espéré qu' un jour en Côte d'Ivoire il y aura passation de pouvoir entre un président sortant et un nouvel élu comme au Ghana. 

 

Comme solution à la violence électorale, il  recommande des institutions crédibles qui inspirent confiance. Venance Konan a quant à lui demandé que l' on fasse confiance à la commission électorale indépendante ( Cei) actuelle.il a conseillé aux jeunes de ne pas sacrifier leurs vies pour les hommes politiques. Mamadou Sanogo , membre du gouvernement et directeur exécutif chargé des élections au Rhdp, a souligné que la violence vient du fait que l' on considère la politique comme une finalité.  Selon lui, pour éviter les violences il faut que les règles équitables soient connues et que l' arbitre rassure.Alain Loubougnon ancien ministre et membre de l' opposition, a relevé que sans consensus autour de la CEI, les conditions de la violence électorale sont déjà réunies. Il a noté que pour éviter la violence, il faut des élections transparentes avec des hommes qui inspirent confiance à la Cei. Diakite Souleymane journaliste à la" radio de la paix" était modérateur de ce débat. L' objectif de ce forum est de su sciter les débats contradictoires autour des questions liées à la démocratie, la bonne gouvernance, les droits de l' homme.

 

Calvin Wandji

PARTENAIRES