Vers des solutions durables aux affrontements entre transporteurs à Abidjan

Le Préfet d’Abidjan, Vincent Toh Bi, a initié, lundi, à son cabinet à Abidjan, une rencontre d’échanges entre les acteurs du transport, les maires, la police, la gendarmerie et les ministères concernés, en vue d’adresser au mieux la récurrence des affrontements entre groupes de syndicats de transport, dans le district d’Abidjan.

« On a décidé d’avoir une sorte de plateforme de discussions qui ne va pas se superposer aux plateformes déjà existantes, on est en train de faire des recherches documentaires pour savoir qu’est ce qui permettait de gérer ces crises par le passé parce que on ne va pas réinventer la roue », a déclaré le préfet d’Abidjan.

Selon lui, la récurrence des affrontements sur les gares commande la prise de mesures pour garantir la quiétude et la sécurité de tous. « Il y a eu des évènements qui nous ont emmené à prendre des mesures et ces mesures ont été confirmées pas certains maires et pour rendre ces décisions plus durables et que les effets se fassent sentir par la population, il était important d’avoir un élan départemental », a-t-il indiqué.

Toh Bi a assuré que les forces vont continuer à assurer la sécurité de tous ceux qui sont dans et aux alentours des gares, au niveau administratif, le processus d’accréditation des syndicats va être revu. Selon lui, les maires prendront désormais des mesures coriaces pour éviter le désordre qui ne favorise personne mais qui au contraire impact négativement la croissance et l’économie.

« Il y a aussi au niveau de l’équipement routier, des espaces qu’on appelle gare qui sont en réalité des domaines publics de l’Etat. Ces domaines doivent être identifiés pour nous permettre de mieux prendre actions sur ces domaines parce qu’il y des transporteurs qui s’en sont appropriés sous prétexte que cela leur appartient. Il n’y a que l’Etat qui est habileté à prélever un impôt sur un espace précis », a conclu Vincent Toh Bi.

Pour le directeur général du haut conseil du patronat des entreprises de transports routiers, Diaby Ibrahim, l’administration est en train de faire la part des choses. « Nous osons croire qu’avec tous ce que nous allons apporter comme contribution, comme démarche, réflexion, des dispositions seront prises pour que véritablement sans faire une chasse aux sorcières, toutes les parties puissent s’en tirer mais sans nuire à la sécurité de la population », a relevé M. Diaby.

Des affrontements entre des individus se réclamant de syndicats de transporteurs ont souvent cours à Abidjan pour la gestion des gares. Le dernier en date dans la commune de Koumassi, a causé le décès d&rsq uo;un jeune homme de 16 ans, des blessés d’une certaine gravité ont été enregistrés dans quelques formations sanitaires.

(AIP)
 

PARTENAIRES