Dernière minute

Transport / Réorganisation du secteur syndicale: Vers la création d'un Forum commun

C’est une décision courageuse. Les acteurs du transport terrestre veulent, en effet, mettre fin au phénomène gnambro. Pour eux, il s’agit d’extraire de leur rang, tous les oripeaux et autres brebis galeuses de leur rang. De fait, ils envisagent incessamment créer le Forum des syndicats du secteur du transport routier de Côte d’Ivoire (Forsyntr-CI), dont l’Assemblée générale sera sous peu tenue en vue d’en définir les grandes orientations. De sources proches du dossier, la feuille de route est claire : Unir tous les syndicats de transporteurs et tous ceux des conducteurs au sein d’une même structure. Ce, en vue de parler d’une même et unique voix, booster ensemble le développement du secteur, éradiquer des rangs les ‘’gnambro’’ qui sont nocifs pour la corporation. Selon Berthé Lamoussa, président de l’Union syndicale des chauffeurs professionnels inter-états (Uscpie), le pluralisme syndical a nettement montré ses limites. «(…) Ces nombreux syndicats tirent la corporation par le bas. Constamment, ce sont des combats de silures dans les fanges qui n’honorent guère la Côte d’Ivoire du Président Alassane Ouattara. Cette Côte d’Ivoire dont l’économie est sur une très bonne pente mondiale depuis l’accession du Président Ouattara aux affaires. Un constat qui ne souffre d’aucune ambigüité quand on compare l’état de nos routes entre l’avant Ouattara et aujourd’hui. Avant, c’était des routes impraticables, endolories, crevassées, jonchées de nids de poule, avec ses corollaires  d’accidents graves, de véhicules toujours en épaves, approvisionnement difficile des grandes agglomérations.  En tant que routier, je témoigne qu’on pouvait facilement mettre trois à quatre jours pour traverser la Côte d’Ivoire. Mais aujourd’hui, sous le Président Alassane Ouattara, cela relève du passé. Avec les bitumes, les réprofilages, les ponts, vous arrivez aux différentes frontières avant  la tombée du soleil. Les opérateurs économiques que nous sommes, avons besoin de résultats concrets, et le Président nous en donne.  Nous avons l’obligation et le devoir de lui être reconnaissant, quand on sait que cette vertu est la chose la mieux partagée au monde, et la plus chère à toutes les spiritualités», argumente-t-il. Et de poursuivre : «(…) Excellence, merci infiniment pour toutes vos actions développement de Côte d’Ivoire que vous avez réussie à redorer le blason, et repositionner dans le gotha des grandes économies mondiales. Que Dieu vous le paye par une santé de fer »,&nbs p; note Berthé Lamoussa.  Amara Adama Traoré du Mouvement d’union des chauffeurs de taxis compteurs de Côte d’Ivoire (Muct-CI), abonde dans le même sens.

PARTENAIRES