Derniere Minute
Désormais www.amanien.info sur tablette, smartphone, traduit en plusieurs langues et affiche les pharmacies de garde. Contact: 40 01 35 92 |
Visite(s)

Le Président Alassane OUATTARA a présidé la cérémonie d’ouverture de ICASA 2017

Posté le 04-12-2017 | 191 Vue(s)

Sce Com de la Présidence

Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, a présidé ce lundi 04 décembre 2017, au Sofitel Abidjan – Hôtel Ivoire, la cérémonie d’ouverture de la 19ème édition de la Conférence Internationale sur le SIDA et les Infections Sexuellement Transmissibles en Afrique (ICASA 2017).

Cette Conférence qui se tient pour la 2ème fois en Côte d’Ivoire, après celle de 1997, a enregistré la présence de plusieurs personnalités, notamment l’ancien Chef de l’Etat, M. Henri Konan BEDIE et son épouse ; la Première Dame, Mme Dominique OUATTARA (Marraine de ICASA 2017) et plusieurs autres Premières Dames invitées ; le Vice- Président, M. Daniel Kablan DUNCAN ; le Premier Ministre, M. Amadou Gon COULIBLAY ; des Présidents d’Institutions ; la Représentante du Président du Ghana, Mme Cécila DAPAA ; le Directeur Exécutif de l’ONUSIDA, M. Michel SIDIBE et le Président de ICASA, Dr Ihad Ahmed ABDELRAHMAN.

Intervenant à cette occasion, le Chef de l’Etat a d’abord exprimé sa joie d’accueillir, à Abidjan, ces illustres invités ainsi que toutes ces sommités du monde médical et scientifique, de même que les Partenaires techniques et financiers.

Il a relevé ensuite l’honneur qui est fait à notre pays d’être à nouveau le « carrefour d’échanges sur les grandes questions de santé, notamment le VIH/SIDA » ; une pandémie qui, de son point de vue, constitue une véritable problématique d’actualité, en raison de son impact social et économique très négatif. Toute chose qui nécessite, selon lui, que les décideurs, les scientifiques et les acteurs du secteur privé, associent leurs intelligences et leurs efforts pour apporter les mesures adéquates ; d’autant que l’ONUSIDA annonce depuis l’avènement du VIH / SIDA, plus de 76 millions de personnes infectées et environ 35 millions de décès dans le monde.

Au regard de cette situation, la Côte d'Ivoire, a souligné le Président de la République, à l’instar des autres pays du monde, notamment ceux de la région

Ouest africaine, a décidé de prendre toute sa place dans la définition des politiques et stratégies ainsi que des moyens innovants, capables d’aider nos Etats respectifs à infléchir la tendance de cette pandémie.

A cet égard, il a mis en exergue un certain nombre d’actions entreprises par la Côte d’Ivoire depuis 1987 à ce jour, pour être à l’avant- garde dans la lutte contre

cette pandémie. En guise d’exemple, il a fait remarquer que de 2013 à 2017, la contribution de l’Etat de Côte d’Ivoire à la lutte contre le VIH / SIDA a été

d’environ 32 milliards de FCFA (environ 58 millions de dollars). Une contribution qu’il a décidé de porter à 21 milliards (soit 38 millions de dollars) de 2018 à

2020, avec l’ambition d’infléchir la prévalence à 1% d’ici 2020, contre 2,7% actuellement.

Dans ce cadre, après avoir salué et remercié tous les Partenaires financiers pour leurs soutiens à la Côte d’Ivoire, le Président Alassane OUATTARA a indiqué que la réalisation de ce défi majeur exige la solidarité dans l’action et le financement soutenu et concerté pour prévenir toutes nouvelles infections, surtout chez les populations vulnérables que sont les jeunes et les adolescents, et traiter la totalité des malades dépistés positifs. Tout comme, il est important, selon

lui, que la question de la santé des jeunes et des adolescents soit au coeur des réflexions.

L’autre défi demeure pour le Président de la République, le phénomène migratoire qui peut constituer une source de propagation du VIH du fait de la promiscuité observée dans les conditions de voyage mais aussi des abus sexuels subis par les migrants.

En tout état de cause, de l’avis du Chef de l’Etat, le thème proposé à l’occasion de cette 19ème édition de ICASA, « l’Afrique : une approche différente vers la fin du SIDA », appelle de sa part certaines réflexions, à savoir, comment réussir à identifier et diversifier les mécanismes innovants de mobilisation de ressources endogènes et exogènes ? Comment orienter la recherche scientifique pour mieux accompagner les actions de lutte contre la maladie ? Et, enfin, comment mobiliser le secteur privé afin qu’il prenne une part plus active dans la prévention et le traitement du VIH ?

Toutefois, a-t-il ajouté, la mobilisation autour de la question du VIH/SIDA ne doit pas faire perdre de vue la persistance des maladies émergentes, voire réémergentes qui mettent à mal notre système de santé en quête de résilience.

Pour terminer, le Président Alassane OUATTARA a tenu saluer et féliciter la Société Civile ainsi que toutes les Associations et Organisations Non

Gouvernementales qui, au quotidien, oeuvrent sans relâche dans le domaine de la sensibilisation des populations, de la prévention contre le SIDA et les autres

infections sexuellement transmissibles et de la prise en charge des malades ; tout en demandant aux hommes et femmes, scientifiques et chercheurs, qui ont

effectué le déplacement à Abidjan, que leurs réflexions consolident l’appel d’Abidjan, qui prendra en compte les avancées de la recherche en vue de changer la qualité de vie des personnes atteintes du VIH/SIDA. Car, pour lui, l’Afrique doit aussi être actrice et non uniquement consommatrice des résultats scientifiques et technologiques des autres continents.

Notons qu’avant le Président de la République, les Invités et autres participants ont écouté plusieurs interventions dont celle de Mlle Assita OUEDRAOGO, une

jeune fille, titulaire d’un Baccalauréat Série littéraire et vivant depuis quelques années avec le VIH/SIDA.

Dans son message, elle a demandé aux personnes déjà infectées comme elle, de se « battre » pour vivre. Car, le SIDA ne doit plus les éloigner de leurs ambitions.

Quant aux personnes qui n’ont pas encore contracté la maladie, Mlle Assita OUEDRAOGO leur a recommandé de prendre toutes les mesures de prévention.

Enfin, s’adressant aux Gouvernants, elle leur a demandé de prendre des « mesures concrètes » d’autant que l’espoir de vie des malades du VIH/SIDA est

entre leurs mains.



 



VOICI LE DISCOURS DE MADAME LA PREMIERE DAME



Excellences Mesdames les Premières Dames,



Monsieur le Vice-Président,



Monsieur le Premier Ministre,



Mesdames et Messieurs,



Je suis très heureuse de m’adresser à vous, à l’occasion de cette 19ème Conférence Internationale sur le SIDA et les Infections Sexuellement Transmissiblesen Afrique (ICASA), qui se tient pour la seconde foisen Côte d’Ivoire.



Je voudrais tout d’abord, adresser mes chaleureuses salutations à chacune de mes sœurs Premières Dames, qui ont effectué le déplacement, afin de participer à cet évènement de haut niveau. Il s’agit de :




  • Madame Antoinette SASSOU N’GUESSO, Première Dame de la République du Congo,

  • Madame AïssataIssoufou MAHAMADOU, Première Dame de la République du Niger,

  • Et Madame Claudine TALON, Première Dame de la République du Bénin,



 



Je salue également chaleureusement :



 




  • Madame Sandra Marie GRANGER, Première Dame de la République coopérative du Guyana,



 




  • et Madame Kim Simplis BARROW, Première Dame du Belizequi sont venues de loin pour participer à notre conférence.



Je vous demande de les applaudir toutes bien fort.



Je souhaiterais ensuite, saluerMonsieur le Vice-Président Daniel KABLAN DUNCAN,Monsieur le Premier Ministre Amadou Gon COULIBALY,ainsi que Madame Henriette KONAN BEDIE, Présidente de la Fondation Servir,qui nous honorent de leurdistinguée présence à cette cérémonie.



Je remercie aussi Madame Cecilia DAPAAH, Ministre de l’Aviation Civile de la République du Ghana qui représente Monsieur le Président de la République du Ghana, Son Excellence Monsieur AKUFO ADDO à cette cérémonie.



Je salue également Monsieur Michel SIDIBE, Directeur Exécutif de l’ONUSIDA.



Cher Michel, tu l’as dit tout à l’heure, la mobilisation d’aujourd’hui est exceptionnelle, mais je tiens à dire que c’est grâce à toi et à ton dynamisme que nous sommes tous ici. Tu nous donnes l’envie de nous battre pour cette cause noble que tu défends si bien.



Je voudrais saluer aussi, le Docteur Ihab  AHMED, Président de la Société Africaine Anti-Sida, que je remercie d’avoir choisi la Côte d’ivoire pour cette grande rencontre internationale.



Je voudrais également saluer et remercierMadame Raymonde Goudou COFFIE, Ministre de la Santé et de l’Hygiène publique de Côte d’Ivoire, qui s’est beaucoupinvestie afin que cette conférence ait lieu dans les meilleures conditions. Je vous demande de l’applaudir bien fort.



Mes salutations vont aussi à l’ensemble des membres du Gouvernement de Côte d’Ivoire et des pays frères,ainsi qu’aux membres corps diplomatique,qui sont à nos côtés pour l’occasion.



A ces salutations, j’associeleDocteur Mashidiso MOETI, Directrice Régionale  de l’OMS pour l’Afrique ;Madame Marie-Pierre POIRIER, Directeur Afrique de l’Ouest et du Centre de l’UNICEF ; ainsi queMonsieur Mabingue NGOM, Directeur Régional Afrique de l’Ouest et Afrique Centrale de l’UNFPA. Jeles remerciepour leur engagementà nos côtés dans la lutte contre le VIH-Sida.



Je souhaiterais également, saluer les éminentes personnalités, la communauté scientifique, ainsi que l’ensemble des déléguésqui ont effectué le déplacement depuis de nombreux pays, afin de contribuer à mettre fin à l’épidémie du Sida sur notre continent.



Je vous souhaite à toutes et à tous, le traditionnel Akwaba en terreivoirienne.



Merci enfin, à nos chefs traditionnels et religieux, qui nous entourent de leurs bénédictions et à nos amis de la Presse nationale et internationale.



Avant tout propos, je voudrais exprimer toute ma joie pour le choix porté sur la Côte d’ivoire, en vue d’accueillir cette 19èmeconférence ICASA.



Je tiens également à  féliciter le comité d’organisation, pour la remarquable mobilisation que connaît l’évènement, à la fois par la qualité de ses intervenants, mais aussi par le nombre de participants enregistrés.



Le thème de la conférence qui nous rassemble aujourd’hui, à savoir : « L’Afrique, une approche différente vers la fin du Sida », donne le ton de la mobilisation et du renforcement de la recherche scientifique,en vue de trouver des réponses adéquates face à la pandémie. Et pour qu’elle aboutisse à des résultats satisfaisants, cette démarche nécessite une solidarité mondiale, des partenariats forts et durables et une responsabilité partagée de tous les acteurs.



Mesdames et Messieurs,



 



Le choix porté sur la Côte d’Ivoire pour être l’hôte de cette 19ème ICASA montre bien que notre pays est devenu une plateforme de partages et d’échangessur les questions liées au VIH.



Les résultats qu’a présentés Madame la Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique sont suffisamment évocateurs pour situer notre niveau d’engagement dans ce combat.



Comme vous le savez, j’ai toujours attaché une grande importance à la dimension humaine, dans les initiatives prises pour le bien-être des populations.



Le Sida malheureusement, a pour principal méfait de dénaturer le tissu social de nos communautés, en augmentant les dépenses des ménages et en réduisant les capacités d’autonomisation des femmes.



Plusieurs foyers ont payé le prix de cette pandémie,et plus particulièrement les personnes les plus démunies parmi lesquelles se trouvent les femmes et les enfants.



Dans ce contexte, j’ai décidé depuis longtemps de m’engager résolument dans ce noble combat contre la maladie, et plus précisément, le Sida qui affecte la mère et l’enfant.



C’est la raison pour laquelle, je n’ai pas hésité à accepter d’être la marraine d’ICASA 2017, lorsque MonsieurIhabAHMED, Président de la Président de la Société Africaine Anti-Sida, en a émis le souhait le 28 Mars 2017.



J’ai accepté avec plaisir, d’autant plus que ma position d’Ambassadeur Spécial de l’ONUSIDA,m’oblige à veiller à une meilleure prise en charge du traitement et à la disponibilité des médicaments pédiatriques.



A ce propos, je voudrais à nouveauréitérer mon plaidoyer en faveur de nos enfants malades du Sida.



En effet, le traitement antirétroviral sous sa forme pédiatrique, reste encore peu accessible la plupart du temps dans nos pays, car trop onéreux.



Et je voudrais profiter de cette tribune pour lancer un appel à nos gouvernements et nos partenaires, afin qu’ils étudient la possibilité de produire des ARV pédiatriques localement,  qui seraient de ce fait moins onéreux.



Mesdames et Messieurs,



Au regard de la prévalence qui est encore trop élevée en Côte d’Ivoire et de l’existence de poches de stigmatisation et de discrimination, la solidarité et l’innovation doivent guider nos démarches pour nous permettre d’atteindre un taux de prévalence à 0%, comme le recommande les ODD.



Après plusieurs actions sur le terrain en Côte d’Ivoire, la visite faite le 31 mai 2017 à l’hôpital général de Port-Bouët avec Madame la Ministre de la Santé,



a permis de faire découvrir aux populations, de nouvelles méthodes rapides et fiables de dépistage du VIH grâce au matériel de pointe offert par la société ALERE. Je les en remercie sincèrement.



Et je recommande à tous les pays d’essayer d’obtenir le même matériel, si utile à nos populations



Mesdames et Messieurs,



Au cours de la réunion des Premières Dames tenue ici à Abidjan, au mois d’octobre dernier, les problématiques que nous venons d’évoquer ont été au cœur de nos réflexions, et je pense que les recommandations qui en ont résulté pourront contribuer à mieux résoudre les questions liées au VIH, à travers le dividende démographique et l’autonomisation des femmes.



A l’instar donc des Premières Dames, j’invite toutes les organisations féminines à prendre une part active dans la mise en œuvre des projets de lutte contre le Sida.



Oui, une génération sans Sida est possible en Afrique, et nous ne devons ménager aucun effort pour progresser vers cet objectif. Je voudrais ici m’adresser aux communautaires et aux personnes vivant avec le VIH, pour les féliciter des actions qu’ils mènent de concert avec le Gouvernement.



Je voudrais vous rassurer que je suis de tout cœur avec vous, et que je suis consciente des difficultés que vous traversez, face à la stigmatisation et à la discrimination dont vous faites l’objet.



Nous avons le même objectif, celui d’éliminer de nouvelles infections pour vous permettre de vivre en harmonie avec vos frères et sœurs.



Excellences Mesdames les Premières Dames



Mesdames et Messieurs,



A ce stade de mon intervention, je voudrais saluer l’engagement de mes sœurs les Premières Dames, pour leur leadership et leur détermination en faveur de l’élimination du Sida.



Concernant les Premières Dames réunies au sein de l’Organisation des Premières Dames d’Afrique contre le VIH-Sida, elles jouent un rôle essentiel dans la sensibilisation et la mise en place de politiques visant à organiser la riposte face au VIH-Sida.



Dans ce contexte, l’OPDAS a entrepris une nouvelle campagne de sensibilisation baptisée « l’Afrique unie contre le sida pédiatrique », dont le pré-lancement aura lieu demain matin, à la session de l’OPDAS qui se tient en marge d’ICASA.



Mesdames et Messieurs,



Je ne saurais clore mon propos sans renouveler mes sincères remerciements à toutes les hautes personnalités ici présentes, aux partenaires techniques et financiers, at aussi aux ONG qui ont toujours évolué à nos côtés dans ce combat.



Je n’oublie pas également,tous les experts venus du monde entier, dont la participation nous rassure sur notre volonté commune de sauver des vies humaines.



Merci à tous, je crois fermement que c’est ensemble que nous parviendrons à protéger nos populations de la pandémie, pour une Afrique sans Sida d’ici 2030.



Je vous remercie.



 



 



 


[...]

actualites

Y. J Choi (Patron de l’ONUCI) à propos du contentieux - «On peut contester, mais avec les preuves»
Guerres civiles en Afrique / Gbagbo à une soutenance de thèse : \"Cela résulte de la fragilité de nos Etats\"
Youssouf Bakayoko (président de la Cei) chez Soro et Ouattara, hier
Hier au campus de Cocody - Gbagbo était là, le feu aussi
Mines et énergies : Augustin Komoé s`informe sur son ministère
Encadrement technique des Eléphants - Eléphants : Guus Hiddink, c’est fait à 95%
Primature : Après sa distinction par The Financial Times - Charles Koffi Diby remet son prix à Soro
Ghana : Sans Essien, avec Muntari
Apple confronté au problème du travail des enfants
France - Médecins généralistes : en grève le 11 mars
80 personnes trouvent la mort dans un éboulement en Ouganda
La Prophétesse des nations Blandine Esther Akproh. Du Ministère Evangélique la Parole en Action (M.E.P.A)
Promotion de l\'eau potable dans la région des Lacs: Une unité voit le jour
Les conséquences du délestage électrique
Yamoussoukro - Les Imams confient le nouveau gouvernement et la nouvelle Cei à Allah
Mabri Toikeusse, face à la presse hier: \"Je me retire\"
Processus électoral/ Jean Jacques Béchio: \"Le gouvernement et la Cei sont pris en otage\"
Football : Côte d’Ivoire-Corée du Sud (Aujourd’hui 14h30) - Eléphants, le match de la réconciliation
Présidentielle au Togo : une élection sous haute surveillance
Humanitaire - Gbazé Thérèse : “Mille fois merci à N’Dri Romaric”

PENSEE DU JOUR

« Nous sommes tous solidaires du même destin, du destin de l’Afrique et si nous pouvons mener de front la lutte pour la paix à l’intérieur de nos pays, la paix entre nos pays, la paix entre nos pays et le reste du monde, alors nous aurons servi l’Afrique. »
Conférence de presse sur le dialogue
Abidjan, 28 avril 1971
FELIX HOUPHOUET BOIGNY

METEO

RECEVOIR NOS ARTICLES

Enregistrer votre Nom et votre Email et recevez nos bulletins d'informations hebdomadaire

THEME AUDIO DE LA SEMAINE

Les leaders

INVITE DU JOUR

Le Pr?sident Ouattara et la CAN 2015

ON DIT KOI?

Togo : la Chine réhabilite le stade de Kegué pour le porter au standard IAAF LOME, 13 décembre (Xinhua) -- L'ambassadeur de Chine au Togo, Liu Yuxi, a lancé mardi les travaux de réhabilitation du stade de Kégué de 30.000 places assises construit, il y a dix-sept ans, dans le cadre de la coopération sino-togolaise, a constaté sur place l'agence Xinhua à Lomé. L'entreprise China Geo-Engeneering est chargée de l'exécution des travaux valorisés à près de 100 millions de yuans et qui vont durer environ 20 mois pour ériger le stade de Kégué au standard de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF). A l'achèvement des travaux, le stade de Kégué, un projet couvrant un peu plus de 36.000 mètres carrés dans la banlieue nord de Lomé sera aux normes de la Fédération internationale de football association (FIFA) et de la Confédération africaine de football (CAF). Les travaux de réhabilitation incluent la réparation entière, la maintenance de la structure, la décoration intérieure des bâtiments, la rénovation du système électro-mécanique et des installations sportives, la réhabilitation des routes extérieures et l'amélioration appropriée des fonctions de la conception d'origine de ce stade. La rénovation "favorisera le développement du sport, enrichissant la vie culturelle des populations togolaises et renforçant des échanges culturels et sportifs entre les pays", a expliqué M. Liu. Il s'est dit "convaincu qu'un stade rénové, nouveau fruit de l'amitié sincère entre nos deux pays frères, témoignera encore plus de dynamisme et de performance sportifs et culturels de la jeunesse togolaise". "Nous sommes convaincus que, main dans la main, les relations de coopération sino-togolaises seront toujours plus fructueuses et le Togo connaîtra plus de succès dans sa voie de l'émergence", a conclu le diplomate chinois. Guy Madjé Lorenzo, ministre de la Communication, de la Culture, des Sports et de la Formation civique, s'est félicité du lancement des travaux de réhabilitation. Cette réhabilitation est "presqu'un témoignage de la vitalité" des relations de coopération entre la Chine et le Togo, a-t-il souligné. "Le stade de Kégué rénové sera l'un des stades les plus modernes de l'Afrique de l'Ouest", a dit M. Lorenzo, estimant que les instances sportives du Togo pourront penser y accueillir des rencontres olympiques.
Des médecins chinois attendus au Sénégal pour soigner gratuitement des personnes atteintes de cataracte SOMONE (Sénégal), 11 décembre (Xinhua) -- Des médecins chinois sont attendus en 2018 au Sénégal pour soigner gratuitement des personnes atteintes de cataracte, a annoncé lundi l'ambassadeur de Chine au Sénégal, Zhang Xun. L'ambassadeur de Chine a fait la révélation à l'ouverture à la Somone, 77 km au sud de Dakar, d'un séminaire des médias sur la construction d'une communauté de destin Chine-Afrique. Selon Zhang Xun, pour la dixième année consécutive, la Chine a offert des médicaments antipaludéens au Sénégal où une nouvelle mission médicale est arrivée. "La Chine soutient activement les efforts du gouvernement sénégalais visant à mettre en l'œuvre le Plan Sénégal émergent (PSE)", a-t-il souligné. Il a rappelé que la Chine a lancé en mars dernier les travaux des forages multi-villages, projet financé par un prêt préférentiel qui va permettre à plus de deux millions de Sénégalais dans l'intérieur du pays d'accéder à l'eau potable. L'ambassadeur a rappelé le don de 2000 décortiqueuses et moulins que la Chine a fait au gouvernement sénégalais pour alléger considérablement les charges de travaux dans le monde rural. "Les travaux du pont de Foundiougne (centtre-sud) ont démarré. Les projets de l'aménagement de l'esplanade du Musée des Civilisations noires et l'élargissement de l'hôpital des enfants de Diamniadio ont été approuvés et sont prévus pour la première moitié de 2018", a ajouté l'ambassadeur de Chine. Zhang Xun a poursuivi en indiquant que les études faisabilité pour la réhabilitation du barrage d'Affiniam (sud du Sénégal) et de plusieurs stades sont en cours. "Au niveau de mon ambassade, nous avons réalisés la rénovation de plusieurs écoles et postes de santé. Ensemble avec des entreprises chinoises au Sénégal, nous allons construire des parcs sportifs comme celui de Dakar", dans cinq autres régions du Sénégal, a promis Zhang Xun.
Le géant chinois du transport électrique BYD s'installe au Maroc (PAPIER GENERAL) RABAT, 9 décembre (Xinhua) -- Le Maroc a signé samedi un protocole d'accord avec le constructeur automobile chinois BYD sur l'implantation d'une usine de voitures électriques près de Tanger, dans le nord du pays, la première du genre dans le pays. Le protocole d'accord, signé au palais royal de Casablanca (ouest) en présence du roi Mohammed VI et du PDG de BYD, Wang Chuanfu, prévoit également la construction à terme de trois autres usines, l'une de batteries électriques, l'autre de bus et de camions électriques et la dernière destinée à la fabrication des trains électriques. Le projet sera implanté près de Tanger, dans la future "Cité Mohammed VI Tanger Tech", une "ville industrielle" portée par le groupe chinois Haite et dont la création a été annoncée en mars dernier. Ce projet pilote occupera une superficie de 50 hectares, dont 30 hectares couverts et créera 2.500 emplois directs. Il prévoit à terme l'installation d'une usine de batteries, d'une usine de véhicules de tourisme électriques, d'une usine d'autobus et de camions électriques et d'une usine de wagons de trains monorail électrique. A cette occasion, le président du groupe "BYD Auto Industry", M. Wang Chuanfu, a salué les excellentes relations sino-marocaines, mettant en exergue l'ensemble des solutions de transport électrique développées par son groupe. "BYD est heureux de coopérer avec le Maroc sur ce projet, et de partager son expérience développée dans plusieurs pays au cours de ces dernières années dans le développement des écosystèmes de mobilité électrique", a affirmé M. Wang Chuanfu, formant le vœu de voir la coopération entre le royaume du Maroc et BYD constituer "un bon exemple pour d'autres pays dans le monde dans le déploiement de solutions énergétiques innovantes". De son coté, le ministre marocain de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a indiqué que ce projet "contribuera à l'édification de la Vision du Maroc pour le développement des relations sino-africaines : celle d'un Maroc, prolongeant la Route de la Soie, vers l'ensemble du continent africain". M. Elalamy a fait observer que ce projet a été rendu possible, grâce à plusieurs facteurs, notamment la visite royale en Chine, en mai 2016, au cours de laquelle plusieurs accords de coopération ont été signés, permettant aujourd'hui à des investisseurs chinois, d'envisager sereinement leur implantation au Maroc. Après les groupes français Renault et Peugeot, BYD est le troisième constructeur automobile à poser pied dans ce pays du Maghreb. Aucune information n'a été communiquée sur le montant des investissements de BYD au Maroc, ni sur la date de mise en service des sites de production. Le Maroc mène depuis quelques années une ambitieuse stratégie d'industrialisation, notamment à Tanger, ville d'un million d'habitants qui abrite aujourd'hui plusieurs parcs industriels. Le secteur automobile y est particulièrement développé, surtout depuis l'implantation sur une zone franche d'une usine Renault, la plus grande d'Afrique.
Lancement d'une initiative pour renforcer la coopération sur l'économie numérique de "la Ceinture et la Route" HANGZHOU, 4 décembre (Xinhua) -- La Chine et six autres pays le long de "la Ceinture et la Route" ont lancé dimanche une initiative pour renforcer la coopération sur l'économie numérique durant la 4e Conférence mondiale de l'Internet organisée à Hangzhou, dans la province chinoise du Zhejiang (est). L'initiative inclut le renforcement de la collaboration pour améliorer l'accès et la qualité de l'Internet à haut débit, la transformation numérique et la coopération sur l'e-commerce, ainsi que pour permettre un soutien accru aux start-ups et à l'innovation. Elle vise également à promouvoir des politiques transparentes pour l'économie numérique et établir un mécanisme de communication multicouches dans le but de créer un cyberespace plus ouvert, ordonné et sûr. L'économie numérique est devenue un moteur important de la croissance économique mondiale, en améliorant la productivité, en favorisant de nouveaux marchés et industries, et en promouvant la croissance durable, selon l'initiative. "L'initiative permettra de nous guider afin de faire avancer la coopération sur les technologies de pointe, d'optimiser l'environnement de l'innovation et rassembler les ressources innovantes", a déclaré Lin Nianxiu, chef adjoint de la Commission nationale du développement et de la réforme. La 4e Conférence mondiale de l'Internet, qui a été inaugurée dimanche, a pour thème "Développer l'économie numérique pour l'ouverture et des bénéfices partagés -- construire une communauté de destin dans le cyberespace".

KIOSQUE A JOURNAUX

Amanien.info © 2017 Tous droits réservés