Derniere Minute
Désormais www.amanien.info sur tablette, smartphone, traduit en plusieurs langues et affiche les pharmacies de garde. Contact: 40 01 35 92 |
Visite(s)

DISCOURS DU PRÉSIDENT HENRI KONAN BEDIÉ LORS DU TROISIÈME ANNIVERSAIRE DE L’APPEL DE DAOUKRO

Posté le 18-09-2017 | 208 Vue(s)

amanien.info
Excellence Monsieur Daniel KABLAN DUCAN, Vice-président de la
Côte d’Ivoire, patron de la présente cérémonie,

Monsieur Jeannot AHOUSSOU KOUADIO, Ministre d’État, ministre auprès du Président de la République chargé du dialogue avec les institutions, Président de la cérémonie,

Madame Henriette DAGRI DIABATE, Grande chancelière, présidente du parti allié le RDR. Je veux vous renouveler mes vives félicitations pour votre récente désignation au poste de Présidente du Rassemblement des Républicains.
Je reste convaincu que votre longue et riche expérience vous permettra de glaner d’autres lauriers pour le compte du RDR.

Monsieur Hamed BAKAYOKO, ministre d’État, ministre de la Défense, parrain de la présente cérémonie, merci pour votre présence si remarquée, symbole d’un RHDP uni et solidaire,

Monsieur Emmanuel NIAMIEN N’GORAN, Président du comité d'organisation, je tiens à vous féliciter ainsi que tous les organisateurs de la présente cérémonie, et j’adresse une mention spéciale à notre fils ZIE Daouda COULIBALY pour son dynamisme et son esprit créatif,

Monsieur SORO KIBAFORY Guillaume, Président de l’Assemblée Nationale représenté par Madame le ministre Affoussiata BAMBA-LAMINE,

J’adresse également mes félicitations à ma fille KANDIA CAMARA dont le dynamisme et la fidélité sont un gage de succès dans ses nouvelles fonctions de Secrétaire Générale du RDR.
A travers Madame DAGRI DIABATE et Madame KANDIA CAMARA, connues pour leur dynamisme et leur engagement, je félicite la nouvelle Direction du Rassemblement des Républicains et l’ensemble des militants du RDR pour le succès du 3ème congrès de leur Parti.
Mesdames et messieurs les ministres,

Mesdames et messieurs les présidents des instances du PDCI,

Messieurs les présidents et Représentants de l'UPCI, de l'UPDCI, du MFA et du PIT partis alliés au sein du RHDP,

Mesdames et messieurs les élus,
Mesdames et messieurs, représentant le mouvement des Soroïtes,

Honorables chefs traditionnels,

Distingués chefs religieux,

Chers militantes et militants du PDCI-RDA,

Mesdames et Messieurs,
Il y a trois ans déjà, le 17 septembre 2014, à l’occasion de la visite d’Etat du Président de la République dans l’Iffou, j’adressais au Président Alassane Ouattara, sur cette même place, un message de bienvenue dans lequel je lui disais combien j’appréciais le travail qu’il accomplissait à la tête de l’Etat.
En conséquence de quoi, je lui proposais de demander à mon parti, le PDCI-RDA, malgré les dispositions prises antérieurement, d’accepter de le soutenir pour l’élection présidentielle de 2015 à laquelle il était candidat pour un second mandat.
Dans cette adresse, connue désormais comme L’Appel de Daoukro, je proposais également le soutien de l’ensemble des partis membres du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix, RHDP, afin que lui, le Président Alassane Ouattara, soit le candidat unique de ces formations politiques.
L’objectif d’une telle candidature, avais-je indiqué, alors était double : « d’abord, assurer le succès du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix(RHDP) aux élections de 2015 dans l’intérêt de la Côte d’Ivoire et de la paix. Ensuite, aboutir à un parti unifié, PDCI-RDR, pour gouverner la Côte d’Ivoire, étant entendu que ces deux partis sauront établir entre eux, l’alternance au pouvoir dès 2020 ».
Je bloque ces écrits devenus intangibles pour les militants du PDCI-RDA, du RHDP et pour tous les électeurs Ivoiriens et sympathisants.
Les objectifs recherchés à travers cet appel ont été atteints.En effet, le Président Alassane Ouattara a été plébiscité, puisqu’il a été élu avec plus 83% des voix, pour le second mandat. De plus, lors des élections législatives du 16 décembre 2016, les Partis membres de notre Alliance ont raflé, malgré quelques ratés dans la gestion interne des candidatures, la presque totalité des postes à pourvoir à l’Assemblée Nationale. La gestion de la Côte d’Ivoire se trouve ainsi entre les mains du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix, notre alliance, ce qui fait notre fierté.
Or, voici que depuis quelques temps, la vie du pays semble arrêtée, rivée sur une seule question, celle de l’élection présidentielle de 2020. Toutes les énergies et toutes les intelligences se focalisent sur ce seul point, le prochain président de la République. L’année 2020 a acquis, comme le dit un analyste politique, le statut de mantra politique, comme une « prière citoyenne du soir et du matin ».
Toutes les chapelles politiques s’y mettent et souvent sans y mettre la forme.
Différents acteurs, membres de l’alliance politique qui dirige le pays, au lieu de se soumettre aux instructions données par le Président de la République et moi-même, se sont engagés dans des discussions vaines et stériles qui mettent à mal la cohésion au sein de l’alliance et la paix de notre pays.
C’est la raison pour laquelle je crois devoir donner quelques indications relatives à cet appel.
Tout d’abord, je tiens à rappeler que dans un couple ou dans une alliance, il y a toujours des hauts et des bas.
Une anecdote bien de chez nous apprend que la langue et les dents se trouvent dans une même cavité, la bouche ; il arrive aux dents, de temps à autre, de mordre la langue qui ne sort pas pour autant, de cette cavité. C’est la nature des choses. C’est pourquoi nous devons tous désarmer nos plumes et nos langues, taire nos querelles de clocher, nos verbiages creux et nos dérives langagières, pour aller vers un seul objectif, celui de renforcer notre alliance, le RHDP pour assurer la paix que nous a léguée le père de la nation, le Président Félix Houphouët -Boigny
Nous avons, depuis l’an 2010, un pouvoir dirigé par le Président Alassane Ouattara qui a nommé récemment un Vice-président en la personne de M.Daniel Kablan Duncan, un cadre issu de nos rangs et un gouvernement dirigé par le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly. Cette équipe travaille à l’émergence de notre pays. Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire est revenue dans le concert des nations.
Personne ne peut oublier la crise postélectorale qui a coûté la vie à nombre de nos frères et sœurs, jeté nos enfants et nos femmes dans les rues. Le sang a largement coulé et certains de nos frères sont toujours en exil.
Les ambitions sont certes toutes légitimes. Mais elles doivent être orientées, coordonnées. Tout le monde ne peut pas être Président de la République et en même temps.
En rappelant plus haut les termes de mon intervention d’il y a trois ans, ici même, je voulais indiquer à tous et à chacun, la continuité de mon action. Je reste en effet, fidèle à mes convictions. J’ai accepté, en 2015, au prix de nombreux sacrifices de ne pas présenter de candidature au titre de mon parti. Les termes de cet appel sont clairs. L’objectif, je le répète était de maintenir le pouvoir d’Etat dans nos rangs, convaincu que le travail colossal effectué par le Président Alassane Ouattara, avec un second mandat à la tête du pays, remporterait d’autres victoires pour le bonheur des Ivoiriens.
Je veux insister aussi, Militantes et Militants du PDCI-RDA et du RHDP sur la fidélité à la parole donnée. Lorsque nous nous sommes retrouvés à Paris, pour mettre en place l’alliance qui nous lie désormais, nous avons décidé d’un commun accord d’aller tous aux élections présidentielles de 2010 au premier tour et d’apporter notre soutien à celui qui serait le mieux placé d’entre nous au second.
C’est bien ce que j’ai fait. Nous avons tenu parole !
La mise sur pied du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix a donné à notre pays, un outil politique pour lui assurer la paix et le retour à une situation normale dont les effets bénéfiques se font sentir.
Notre alliance résout le problème de la gestion du pays et l’appel de Daoukro balise le problème des successions au pouvoir.
Chacun sait qu’il est désormais impossible à une seule formation politique, si puissante soit-elle, de gérer notre pays. C’est la raison pour laquelle nous devons, au niveau de notre alliance, nous accepter les uns les autres et trouver entre nous, les moyens de gérer ensemble la Côte d’Ivoire. Ainsi, au quotidien, nous devons apprendre à travailler à la cohésion et dans la cohésion en notre sein. Nous devons être unis et solidaires ; il nous faut pratiquer le vive ensemble ; la paix est à ce prix. Allons donc au Parti unifié, pour la survie du RHDP et à l’union des enfants d’Houphouët-Boigny.
A plusieurs reprises et s’agissant des prochaines échéances, j’ai affirmé notre position, sans qu’il y ait eu d’objection.
A l’occasion de ce troisième anniversaire de l’Appel de Daoukro, je répète et je demande que cessent tous ces remous et que l’on laisse le Président de la République et son gouvernement travailler sereinement pour la réalisation du programme pour lequel ils ont été désignés.
Il reste encore trois bonnes années pour aller à l’élection présidentielle qui est inévitable et non négociable, conformément à notre constitution.
Je me suis engagé à faire en sorte que ce pays retrouve la paix, cette paix chère au Président Felix Houphouët-Boigny, père fondateur de notre beau pays.
Le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire est un parti de dialogue et de paix. Je souhaite que cela continue d’être le leitmotiv de tous les militants. Nous devons désormais éviter les paroles et les comportements tendancieux et violents.
Populations de l’Iffou, chers militants du PDCI-RDA et du RHDP, je vous remercie de l’honneur que vous me faites en organisant cette fête pour commémorer l’Appel dit de Daoukro.
Je suis heureux et fier des propos qui ont été tenus à mon endroit. En me réjouissant très sincèrement pour cette grandiose manifestation, je souhaite que cela se traduise dans vos comportements qui prouvent que vous me portez véritablement dans vos cœurs.
Je ne peux terminer cette allocution sans adresser un mot spécial à mon épouse adorée, source d’inspiration intarissable.
Son soutien constant depuis tant d’années, son amour, sa patience et sa compréhension ont fait de moi, l’homme que je suis devenu et je tiens à l’en remercier de tout cœur. Je vous invite à vous joindre à moi pour la saluer.
Mme BEDIE, ma biche royale, fais moi l’honneur et le plaisir de me rejoindre ici.
Vive la République ;
Vive la Côte d’Ivoire ;
Je vous remercie de votre très aimable attention.
Henri Konan BEDIE
Président du PDCI-RDA
[...]

actualites

Y. J Choi (Patron de l’ONUCI) à propos du contentieux - «On peut contester, mais avec les preuves»
Guerres civiles en Afrique / Gbagbo à une soutenance de thèse : \"Cela résulte de la fragilité de nos Etats\"
Youssouf Bakayoko (président de la Cei) chez Soro et Ouattara, hier
Hier au campus de Cocody - Gbagbo était là, le feu aussi
Mines et énergies : Augustin Komoé s`informe sur son ministère
Encadrement technique des Eléphants - Eléphants : Guus Hiddink, c’est fait à 95%
Primature : Après sa distinction par The Financial Times - Charles Koffi Diby remet son prix à Soro
Ghana : Sans Essien, avec Muntari
Apple confronté au problème du travail des enfants
France - Médecins généralistes : en grève le 11 mars
80 personnes trouvent la mort dans un éboulement en Ouganda
La Prophétesse des nations Blandine Esther Akproh. Du Ministère Evangélique la Parole en Action (M.E.P.A)
Promotion de l\'eau potable dans la région des Lacs: Une unité voit le jour
Les conséquences du délestage électrique
Yamoussoukro - Les Imams confient le nouveau gouvernement et la nouvelle Cei à Allah
Mabri Toikeusse, face à la presse hier: \"Je me retire\"
Processus électoral/ Jean Jacques Béchio: \"Le gouvernement et la Cei sont pris en otage\"
Football : Côte d’Ivoire-Corée du Sud (Aujourd’hui 14h30) - Eléphants, le match de la réconciliation
Présidentielle au Togo : une élection sous haute surveillance
Humanitaire - Gbazé Thérèse : “Mille fois merci à N’Dri Romaric”

PENSEE DU JOUR

« Nous sommes tous solidaires du même destin, du destin de l’Afrique et si nous pouvons mener de front la lutte pour la paix à l’intérieur de nos pays, la paix entre nos pays, la paix entre nos pays et le reste du monde, alors nous aurons servi l’Afrique. »
Conférence de presse sur le dialogue
Abidjan, 28 avril 1971
FELIX HOUPHOUET BOIGNY

METEO

RECEVOIR NOS ARTICLES

Enregistrer votre Nom et votre Email et recevez nos bulletins d'informations hebdomadaire

THEME AUDIO DE LA SEMAINE

Les leaders

INVITE DU JOUR

Le Pr?sident Ouattara et la CAN 2015

ON DIT KOI?

Niger : cinq soldats et un civil tués dans une attaque terroriste à Toumour NIAMEY, 18 janvier (Xinhua) -- L'attaque perpétrée par des combattants du groupe terroriste Boko Haram mercredi soir contre une compagnie des forces armées nigériennes à Toumour, dans la région de Diffa (extrême sud-est du Niger), proche de la frontière nigériane, a fait six morts, cinq militaires et un civil, a annoncé jeudi la chaîne de radio privée nigérienne ANFANI. En outre, une dizaine de véhicules appartenant à l'armée ont été emportés par les assaillants, qui ont aussi brûlé plusieurs autres véhicules, dont un char de combat, a fait savoir la même source, sans donner plus de précisions sur le bilan du côté des assaillants. Mercredi, des sources de sécurité ont rapporté que cette base militaire avait été attaquée par des hommes lourdement armés. Après de violents combats, les militaires ont mis en déroute les assaillants venus du Nigeria, avant même l'arrivée des renforts dépêchés de Diffa. La région de Diffa subit depuis près de trois ans des attaques à répétition de la part de Boko Haram. Lancées à partir de ses positions nigérianes, ces attaques ont fait des centaines de victimes civiles et militaires nigériennes et des milliers de déplacés au Niger et au Nigeria. Grâce aux opérations de grande envergure engagées depuis plus d'un an par une force multinationale mixte composée des armées du Tchad, du Niger, du Cameroun et du Nigeria contre la secte terroriste, ces attaques ont connu une relative accalmie dans la région ces derniers temps.
Le plus haut conseiller politique chinois s'entretient avec la présidente du Sénat gabonais BEIJING, 17 janvier (Xinhua) -- Le plus haut conseiller politique chinois Yu Zhengsheng s'est entretenu mardi à Beijing avec la présidente du Sénat gabonais Lucie Milebou. "La Chine et le Gabon doivent se soutenir mutuellement sur les sujets ayant trait à nos intérêts fondamentaux et à nos préoccupations majeures, afin de consolider le fondement politique des relations bilatérales", a déclaré M. Yu, président du Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC). Le 19e Congrès national du Parti communiste chinois qui s'est tenu en octobre a souligné que la Chine était prête à renforcer la solidarité et la coopération avec d'autres pays en développement, ce qui apportera de nouvelles opportunités au partenariat entre la Chine et le Gabon et au développement de l'Afrique, a indiqué M. Yu. La Chine est prête à aider le Gabon à réaliser un nouveau développement et salue la participation du Gabon au sommet du Forum sur la Coopération sino-africaine qui se tiendra en Chine plus tard cette année, a fait savoir M. Yu. Il a appelé à promouvoir les échanges entre la CCPPC et le Sénat gabonais sur la gouvernance nationale, le développement économique, l'amélioration du bien-être du peuple et la préservation de la stabilité et l'unité ethnique. Mme Milebou a déclaré que le Gabon attachait de l'importance aux relations avec la Chine et que le Sénat gabonais s'apprêtait à intensifier les échanges amicaux avec la CCPPC.
L'Afrique demeure une priorité de la diplomatie chinoise La tradition diplomatique de la Chine voulant que ses ministres des Affaires étrangères choisissent, chaque année, l'Afrique comme destination de leurs premières visites à l'étranger montre que l'Afrique est toujours une priorité de la diplomatie chinoise, a indiqué samedi à Kigali le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, en visite au Rwanda. Cette tradition diplomatique se poursuit depuis 28 ans, a fait remarquer M. Wang lors d'une conférence de presse à l'issue d'une entrevue avec le président rwandais Paul Kagame, ajoutant que la Chine était toujours l'ami et le partenaire le plus fiable de ses frères africains. Il a également présenté les attentes de son pays concernant le sommet du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) qui aura lieu cette année à Beijing, un forum officiel établi en 2000 avec pour objectif de renforcer la coopération amicale entre les deux parties. Le FCSA est un canal important permettant de mener un dialogue collectif et d'approfondir la coopération mutuellement bénéficiaire entre la Chine et l'Afrique, car il constitue la plateforme la plus grande et la plus productive pour les 29 pays membres de la coopération Sud-Sud, a souligné le ministre chinois. Le sommet du FCSA en décembre 2015 à Johannesburg (Afrique du Sud) s'est tenu avec un grand succès, a indiqué M. Wang, ajoutant que la Chine était disposée à renforcer la communication et la consultation avec les amis africains pour élever le sommet de Beijing de cette année à un nouveau niveau. De nombreux pays africains apprécient et soutiennent l'initiative "la Ceinture et la Route" proposée par le président chinois Xi Jinping, et la Chine souhaite insuffler un nouvel élan à la coopération avec l'Afrique à travers la mise en oeuvre conjointe de cette initiative, a-t-il souligné. En tant qu'extension naturelle et historique de "la Ceinture et la Route", l'Afrique ne devrait pas être absente dans le processus de co-construction, et ne devrait pas non plus être laissée derrière dans le développement mutuel de la Chine et du monde, a ajouté M. Wang. Le ministre chinois, qui est en Afrique pour sa première tournée à l'étranger de l'année, se rendra également en Angola, au Gabon et à Sao Tomé et Principes, après son séjour au Rwanda.
Près de 200 migrants morts ou disparus en Méditerranée à début-2018, selon l'OIM GENEVE, 10 janvier (Xinhua) -- On dénombre près de 200 migrants ou réfugiés morts ou disparus dans la mer Méditerranée sur la route destinée à l'Europe, plus d'une semaine après le début de l'année 2018, a déploré mercredi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Les garde-côtes libyens ont secouru mardi près de 300 migrants qui se trouvaient à bord de trois bateaux gonflables, mais selon les témoignages de survivants, environ 100 sont toujours disparus. L'OIM, qui était présente au point de débarquement à Tripoli, a fourni de l'eau et de la nourriture aux survivants. Ces derniers sont pour la plupart originaires de pays africains, notamment la Gambie, le Sénégal, le Soudan, le Mali et le Nigeria. "Il est triste de voir que pendant les dix premiers jours de 2018 près de 800 migrants ont été sauvés ou interceptés au large des côtes libyennes et que davantage de personnes ont perdu la vie en mer", a déclaré Othman Belbeisi, chef de mission de l'OIM en Libye. "Il faut faire plus pour réduire les mouvements irréguliers et dangereux de personnes le long de la route de la Méditerranée centrale", a-t-il ajouté. Au total 81 décès de migrants ou réfugiés ont été enregistrés en mer Méditerranée lors des 8 premiers jours de l'année, principalement dans les eaux séparant la Libye de l'Italie. Par comparaison, l'OIM n'a enregistré que 26 décès de migrants sur les routes de la mer Méditerranée au cours du mois de décembre 2017, à un moment où les décès de migrants en Méditerranée étaient en forte baisse.

KIOSQUE A JOURNAUX

Amanien.info © 2017 Tous droits réservés