Derniere Minute
Désormais www.amanien.info sur tablette et smartphone. Contact: 40 01 35 92 |

AGRICULTURE/ CRISE FILIÈRE CAFE-CACAO:LES PRODUCTEURS CHARGENT LE CONSEIL CAFE-CACAO (L’ORGANE RÉGULATEUR)ET PORTENT PLAINTE



07-04-2017

Economie

amanien.info 262 vus

Comme l’adage le dit, la terre nourrit son homme. Mais lorsqu’on n’arrive pas à bénéficier des fruits de la terre, cela pose de véritables problèmes, de véritables difficultés. Ces problèmes, voire ces difficultés, les producteurs de la filière Cacao les connaissent depuis le mois de novembre 2016. Et cela perdure. C’est ce qui explique la conférence de presse organisée, le mercredi dernier, à la Maison de la presse d’Abidjan-Plateau (MPA), par les producteurs de la filière Cacao réunis au sein du Syndicat national agricole pour le progrès en Côte d’Ivoire (Synap-ci). Animée par le collectif des Avocats dont à leur tête Me Diarrassouba Mamadou Lamine, la conférence a eu pour objectif de savoir les destinations et utilisations des prélèvements parafiscaux sur le prix de vente à l’exportation du Cacao. Pour ainsi dire, selon l’Avocat, les planteurs veulent mener une action devant les tribunaux afin de procéder à des audits. Ces audits sont de plusieurs ordres. Il s’agit d’un audit sur le budget du Conseil Café-cacao ; un audit sur la contribution aux budgets des organismes internationaux ; un audit sur la subvention de la chambre d’agriculture ; un audit sur la subvention Firca ; un audit sur le contrôle qualité ; un audit sur la redevance sacherie brousse ; un audit sur le fonds d’investissement agricole et un audit sur le fonds d’investissement en milieu rural. Ce dernier audit parce que les derniers rapports datent de 2012-2013, a-t-il indiqué. Et de préciser, ‘’ alors que ce sont des recommandations des organisations internationales, des bailleurs de fonds qui interviennent dans la filière, notamment la Banque mondiale ‘’.
Par la voix de leur Avocat, ils souhaitent en effet que ces différents audits soient réalisés, car selon lui, depuis que le premier a été scandaleux, aucun autre n’a été réalisé.
Par la suite, Me Mamadou Diarrassouba a fait remarquer que la Côte d’Ivoire dispose de deux (2) fonds de stabilisation : le fonds de réserve technique, approvisionné par le Gouvernement pour garantir la viabilité du système des ventes anticipées à la moyenne, estimé à 170 milliards de francs cfa en décembre 2016. Et le second, auprès de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) d’un montant de 70 milliards de francs cfa toujours en décembre 2016. Ces chiffres, a-t-il souligné, sont du Gouvernement. La raison unique de constitution du fonds de réserve est de le faire intervenir dans la circonstance d’une baisse du prix du Café-cacao bouleversant l’économie des producteurs. Il n’échappe à personne que c’est le cas en espèce. L’inaction et le silence de l’organe de régulation du Café-cacao heurte au-delà même des cacaoculteurs l’écrasante majorité des Ivoiriens vivant et dépendant de la filière café-cacao. Les mesures jusque là annoncées par la Direction générale du Conseil du café-cacao sont malheureusement des dispositions d’ordre conservatoire ou d’administration alors que sont légitimement attendues des mesures de soutien concret aux acteurs agricoles enlisés dans cette crise. C’est pourquoi, une question majeure reste posée. Où sont passés les fonds de réserve ?
Me Diarrasouba a même eu à dénoncer des chèques en bois que des exportateurs agréés ont remis à des producteurs.
« Aujourd’hui, il y a des planteurs qui ont leurs chèques à la banque, la banque même les appelle pour leur dire : ‘’ venez prendre vos chèques parce qu’il n’y a pas d’argent’’. Conséquence, leurs comptes ne sont pas approvisionnés. Pensez-vous qu’à ce stade, on peut admettre ce genre d’injustice ? » S’est-il interrogé. ‘’ Dans ces circonstances, le Synap-ci est contraint de suivre la voie judiciaire en vue de faire valoir ses droits et intérêts ainsi que ceux de ses membres’’, a-t-il annoncé. Puis d’ajouter : ‘’ une assignation visant le Conseil café-cacao et les exportateurs agréés devant les juridictions sera servie dès le vendredi prochain.
Pour rappel, le Syndicat national agricole pour le progrès en Côte d’Ivoire (Synap-ci est dirigé par monsieur Koné Moussa. Les membres du Synap-ci sont des producteurs et planteurs de la filière café-cacao sur toute l’étendue du territoire national.
David KOUAME (davidkouame78@yahoo.fr)
[...]

Actualités Economie

PENSEE DU JOUR

« Nous sommes tous solidaires du même destin, du destin de l’Afrique et si nous pouvons mener de front la lutte pour la paix à l’intérieur de nos pays, la paix entre nos pays, la paix entre nos pays et le reste du monde, alors nous aurons servi l’Afrique. »
Conférence de presse sur le dialogue
Abidjan, 28 avril 1971
FELIX HOUPHOUET BOIGNY

METEO

RECEVOIR NOS ARTICLES

Enregistrer votre Nom et votre Email et recevez nos bulletins d'informations hebdomadaire

THEME AUDIO DE LA SEMAINE

Antoinette KONAN

Antoinette KONAN

INVITE DU JOUR

 Bilan et perspectives de la MUGEFCI avce SORO Mamadou PCA de la MUGEFCI

Bilan et perspectives de la MUGEFCI avce SORO Mamadou PCA de la MUGEFCI

KIOSQUE A JOURNAUX

Amanien.info © 2017 Tous droits réservés