Derniere Minute
Désormais www.amanien.info sur tablette et smartphone. Contact: 40 01 35 92 |

Rencontre avec Abdoulaye Sylla, président exécutif de la Fensc-CI: ‘’ Nous comptons sur le ministre Adama pour le développement de notre secteur’’



20-02-2017

Economie

amanien 147 vus
Le ministre sortant des Transports, Touré Gaoussou a entrepris le processus de développement du secteur du transport terrestre. Dans la continuité de l’Etat, l’actuel titulaire de ce département, Amadou Koné, poursuivra l’œuvre. Dans cette logique, à l’image de tous les acteurs du secteur, M. Abdoulaye Sylla, président exécutif de la Fédération nationale des syndicats des conducteurs de Côte d’Ivoire (Fensc-CI), fonde assez d’espoirs sur lui.
M. Abdoulaye Sylla, au moment ou le ministre Gaoussou Touré était en service, vous étiez considérés, à tord ou à raison, comme l’un de ses hommes sûrs. Après son départ, que retenez-vous de son passage à la tête du vaste département des Transports en général, et en particulier au niveau de votre secteur, celui du transport terrestre ?
Merci pour cette opportunité que vous m’offrez. Votre question est à deux volets, et souffrez que je commence d’abord à présenter mes vœux les meilleurs à toute la population Ivoirienne. Que cette année 2017, soit une année de prospérité, de bonheur, de santé de fer, et surtout d’accalmie totale en vue de l’essor socio-économique sans précédent du pays. Santé de fer à Son Excellence le Président de la République Alassane Ouattara afin qu’il puisse continuer les travaux d’Hercules qu’il a entrepris pour le pays. Sous Alassane, les avancées de développement du pays sont notoires. C’est indéniable, et c’est indiscutable. Cela m’amène à aborder l’un des pans de votre question. Celui relatif au passage du ministre Gaoussou Touré au niveau des Transports. Sans être spécialiste de l’ensemble des composantes de ce vaste secteur, notons simplement que le passage de Gaoussou a été salutaire. De gros bateaux ont accosté au Port autonome d’Abidjan, Air Côte d’Ivoire a dominé les aires, l’aéroport international Félix Houphouët Boigny a reçu des grosses piqures de sécurité et d’accueil jovial. Quant au secteur terrestre, la fluidité est devenue plus qu’une réalité, la célérité dans le traitement des dossiers administratifs aussi. Le racket a considérablement chuté. Le renouvellement du parc –auto a pris forme. Le tout, dans le cadre de la reforme. Avec l’avènement des Centres de gestion intégrée (Cgi), nous disons merci au ministre Gaoussou Touré. Car, des véhicules ont été octroyés dans ce sens.
Cela suffit-il de dire que le bilan de votre ami Gaoussou a été positif ?

J’allais en arriver. Gaoussou n’est pas mon ami. Il est plutôt mon frère, comme tous les Ivoiriens d’ailleurs. Nous sommes tous des frères, et il n’ y a pas de débat inutile sur cela. Mais, mon jugement est loin d’être un jugement partisan ou fraternel. C’est un jugement objectif auquel personne ne peut apporter de démenti. Vous ne pouvez pas me dire que sous Gaoussou, le renouvellement du parc auto n’avait pas encore commencé. Vous ne pouvez pas aussi dire que sous lui, la célérité dans le traitement des dossiers est un leurre. Mais, il en a fait plus. A preuve, il a réussi à mettre les transporteurs dans une même faitière appelée Haut conseil. Du point de vue social, Gaoussou a résolu assez de problèmes entre les acteurs. Il a fait partie plusieurs acteurs à la Mecque. C’est du jamais vu. Il faut lui reconnaitre cette valeur. Ceci dit, je précise une fois de plus qu’il n’est pas mon ami, mais mon frère. De même que son successeur, Amadou Koné. C’est un frère à chacun d’entre nous. Et personne ne peut dire le contraire. Qui d’entre nous n’a pas coopéré avec Amadou avant qu’il ne soit notre premier responsable. Occasion pour moi de lui dire déjà de se méfier des responsables de syndicats passifs, toujours prêts à parler de grèves. Ou à remettre en cause telle reforme ou telle autre. Je sais qu’ils sont nombreux, ces responsables de syndicats passifs qui font des tours chez le ministre. Mais il faut qu’il fasse très attention, parce qu’ils sont toujours là pour leur propre cause, et non pour la cause nationale. Au départ, nous –mêmes, n’étions pas trop d’accord avec le ministre Gaoussou. Mais lorsqu’il a expliqué son programme, nous l’avons épousé. Mais de là à dire qu’il était notre ami, c’est une contre –vérité.
Qu’en a –t-il été au niveau des distinctions ?
A ce niveau, son bilan n’est pas non plus mauvais. En effet, il a tout fait pour avoir deux distinctions. Dont une pour les transports de voyageurs, et l’autre pour le transport de marchandises. Tandis qu’au niveau des autres ministères, il n’y a qu’un seul prix. Au niveau des conducteurs, c’est un problème institutionnel qui s’est posé. Nous les conducteurs avions droit à un prix d’excellence. Mais très souvent, nous avons été considérés comme des acteurs du monde de l’artisanat. Ainsi, l’on nous mettait au compte du ministère de l’Artisanat. Voilà un secteur, ou il y a plus de 200 corps de métiers. Quand leurs problèmes finiront-ils d’être traités avant de se pencher sur nos cas. Sinon, rien de plus gai que de décerner un prix d’excellence à un conducteur. Quand on sait que ce prix est accompagné d’une somme de 10 millions FCFA, c’est à saluer. Lorsque vous remettez 10 millions à un conducteur, il réalise automatiquement son vœu le plus cher : celui d’être un transporteur en s’offrant un engin roulant.

Tantôt, vous parlez d’adhésion à son programme, cela signifie-t-il que qu’il était dans la logique du Livre blanc à lui octroyer dès sa prise de fonction lors du premier mandat du Président Ouattara ?
Oui, notre Livre blanc constituait une feuille de route, une boussole pour tous ceux qui devraient arriver à la tête du ministère. D’autant que c’est un condensé de tous les maux qui minent notre secteur d’activité. S’il pose les problèmes, il en propose aussi les solutions. C’est en fait un document complet.
On se souvient que le document en question avait été donné au nom du Conseil national des organisations des conducteurs professionnels de Côte d’Ivoire (Cnocp-CI). Que devient justement cette organisation ? Depuis lors, on ne la sent plus. Elle est même moribonde. N’est-ce pas ?
Moribonde, c’est trop dire. Nous avons néanmoins conscience que les choses n’ont pas bougé comme on l’aurait souhaité. Après le passage mitigé de notre père Fadiga Vassidiki à la tête de cette structure, il va falloir aller en congrès le plus vite possible pour renouveler les instances de structure. Il faut la redynamiser, la revigorer, de sorte qu’à l’image du Haut conseil des transporteurs, tous les conducteurs puissent se retrouver au sein du Cnocp-CI. Il faut aller vite. Cela ne saurait donc tarder.
Le nouveau ministre Amadou Koné peut aussi compter sur vous ?
Moi Abdoulaye Sylla, tout comme tous les membres du Cnocp-CI, sommes des soldats de la conduite professionnelle. Je l’ai dit tantôt, Amadou est notre frère, comme tous les Ivoiriens sont frères d’ailleurs. Alors, pourquoi poser des entraves au bon fonctionnement de l’administration. Il faut plutôt l’accompagner dans sa mission, qui n’est autre que le développement du secteur des Transports. Et nous sommes prêts à le faire. Toutefois, s’il y a des choses qui ne vont pas, on fait les revendications syndicales. Déjà, il faut noter que le nouveau ministre a conquis nos cœurs depuis sa prise de fonction. On avait des inquiétudes qui se sont très vite dissipées le 25 janvier dernier lors du conseil des Ministres ou il a maintenu M. Benjamin Soro à son poste de Directeur de cabinet. C’est la preuve manifeste de la continuité. Félicitation au ministre. Ce geste est très rassurant. Une fois de plus, nous comptons sur lui pour le développement du secteur du transport terrestre.

Propos recueillis par Koné Seydou
[...]

Actualités Economie

PENSEE DU JOUR

? Dans la recherche de la paix, de la vraie paix, de la paix juste et durable on ne doit pas h?siter un seul instant, ? recourir, avec obstination au dialogue. ?
Devant le Corps diplomatique, 1er janvier 1970
FELIX HOUPHOUET BOIGNY

METEO

RECEVOIR NOS ARTICLES

Enregistrer votre Nom et votre Email et recevez nos bulletins d'informations hebdomadaire

THEME AUDIO DE LA SEMAINE

PETIT STEPHANO

PETIT STEPHANO

INVITE DU JOUR

 LE BILAN 2016 DU PORT AUTONOME DE SAN PEDRO AVEC LE DG Hilaire LAMIZANA

LE BILAN 2016 DU PORT AUTONOME DE SAN PEDRO AVEC LE DG Hilaire LAMIZANA

KIOSQUE A JOURNAUX

Amanien.info © 2017 Tous droits réservés