Derniere Minute
Désormais www.amanien.info sur tablette, smartphone et traduit en plusieurs langues. Contact: 40 01 35 92 |
Visite(s)

Yamoussoukro/Séminaire Bilan 2016 et perspectives de 2017: Le Tresor Public a l’école

Posté le 16-02-2017 | 310 Vue(s)

amanien.info
La Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP) organise depuis ce jeudi 16 février, à l’Hôtel Président de Yamoussoukro, son séminaire bilan 2016 et perspectives 2017, avec pour thème essentiel « 2017 année de l’information fiable et disponible a temps ».

Les travaux ont été ouverts par M. Akpess Yapo Bernard, Directeur de cabinet Adjoint, représentant le Ministre de l’Economie et des Finances.

La revue annuelle des activités revêt une importance particulière pour la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique. Le présent séminaire s’articulera autour de 04 communications: le rapport général dur l’état de l’institution qui sera présenté par l’Inspecteur General du Trésor, l’état d’avancement du plan stratégique de développement (PSD) qui sera établi par le Coordonnateur de la Cellule des Conseillers Techniques (OED-TP, CMPABB, AMAT-CI), l’état d’exécution du Plan d’Actions 2016 qui sera dressé par le Directeur des Etudes, des Méthodes et de l’Organisation.

Akpess Yapo a salué avec satisfaction la contribution du Trésor Public à l’atteinte des objectifs du Gouvernement au cours de l’année écoulée.

« Les efforts soutenus de l’ensemble des services du Trésor a permis de réaliser de bonnes performances économiques en 2016 faisant de la Côte d’Ivoire l’un des pays à plus fort taux de croissance économique au monde », a souligné le représentant du Ministre KONE Adama.

Selon lui, le Trésor Public a relevé le défi du paiement à bonne date des créances des opérateurs économiques afin de garantir le développement du secteur privé et la création d’emplois.

Mais mieux, dira-t-il, la DGTCP a pu mobiliser d’importantes ressources sur le marché financier sous régional et international pour le financement du budget 2016, de manière à soutenir les grands projets structurants tout en veillant à l’optimisation de la dépense publique

Aussi,dans l’optique de l’amélioration des conditions de vies et de travail des agents de l’institution, avant d’indiquer que «cette réforme qui devrait permettre la centralisation de la trésorerie de l’Etat sur un seul compte à partir duquel l’ensemble des paiements devrait contribuer à réduire les prévarications et d’établir l’équité dans l’accès des comptables publics à la trésorerie».

Face aux résultats obtenus, il a exhorté les responsables du Trésor Public à faire en sorte de consolider les acquis en prenant en compte les mesures clés du Programme du Président Alassane OUATTARA contenues dans le Programme de Travail du Gouvernement.

Le Directeur General du Trésor Public Assahoré Konan Jacques a tenu à réitérer ses félicitations a nouveau au Ministre de l’Economie et des Finances dont les réformes et l’esprit d’innovation (en sa qualité de DG du Trésor) ont contribué fortement au rayonnement de l’Institution. Ce séminaire prend fin, demain
Roland Yao (correspondant)


Voici le discours du Directeur General du Trésor


Monsieur le Directeur de Cabinet, représentant le Ministre de l’Economie et des Finances ;
Messieurs les Directeurs Généraux Adjoints du Trésor et de la Comptabilité Publique ;
Monsieur l’Inspecteur Général du Trésor ;
Mesdames et Messieurs les Membres du Comité de Direction élargi ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des structures syndicales et associatives ;
Chers séminaristes ;
Mesdames et Messieurs ;

C’est avec un réel plaisir que je prends la parole à l’occasion du séminaire bilan des activités du Trésor Public réalisées au cours de l’année 2016 et des perspectives pour 2017.
Je saisis l’occasion de cette rencontre pour vous réitérer mes vœux de santé, de succès et de longévité en cette nouvelle année, ressources dont nous aurons plus que besoin pour relever les importants défis qui nous attendent.
J’aimerais également vous remercier pour votre présence massive qui marque l’intérêt certain que vous portez à la bonne marche de notre Administration.
A ce stade de mon intervention, permettez-moi de faire une adresse toute particulière à Monsieur le Ministre de l’Economie et des Finances, Président de cette cérémonie, ici représenté par son Directeur de cabinet.

Monsieur le Directeur de cabinet,
Nous sommes grandement honorés de vous compter parmi nos illustres invités, en votre qualité de représentant du Ministre de l’Economie et des Finances.
En demandant au Ministre de l’Economie et des Finances de présider nos séminaires bilan, nous voulons lui donner l’occasion de vérifier par lui-même que l’héritage qu’il nous a légué est bien entretenu dans une logique de continuité mais aussi d’innovation.
En répondant toujours favorablement à nos invitations, notre Ministre de tutelle nous enseigne de fort belle manière qu’il est possible de continuer à cultiver l’esprit de famille en dépit des contraintes et exigences imposées par nos responsabilités professionnelles.
Monsieur le Directeur de cabinet,
Je saisis l’occasion de votre présence pour exprimer, en mon nom personnel et en celui de tous mes collaborateurs, notre joie immense relativement à la reconduction de Monsieur KONE Adama, à la tête du Département Ministériel de l’Economie et des Finances.
En personne avertie et assidue, il a démontré sa capacité à faire agir et progresser ce Ministère stratégique dans le sens de la volonté du Président de la République, son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020.
Je vous saurais gré de bien vouloir communiquer à Monsieur le Ministre nos sincères félicitations et l’assurance de notre soutien à tous égards dans la réalisation de sa politique.
Que le Tout Puissant qui ne confie jamais à l’homme une charge plus lourde qu’il ne peut porter, ni une responsabilité au-delà de ses forces lui accorde plein succès dans la conduite de ses missions.Infiniment merci pour votre présence et la constance sollicitude du Ministère de l’Economie et des Finances à notre endroit.
Mesdames et Messieurs,
Chers Séminaristes,
Nous sommes aujourd’hui réunis pour satisfaire à une tradition : celle de marquer un arrêt pour faire le bilan du fonctionnement de nos services.
Cet exercice, certes répétitif, n’en reste pas moins incontournable si l’on souhaite inscrire la conduite de notre Administration dans l’orthodoxie des valeurs de management que sont : l’adaptation, l’anticipation et l’évaluation.
Comme chaque année, vous aurez l’opportunité de partager en présence de tous vos confrères, les défis que vous avez relevés, les obstacles que vous avez surmontés et les facteurs bloquants rencontrés dans la poursuite de vos objectifs.
Cette année, en plus des traditionnels reportings qui traduisent l’état de santé sectoriel de notre Institution, il nous a paru opportun de procéder à un bilan général sur le fonctionnement de notre Administration.
En effet, il s’agit pour nous, au-delà des bilans par branche d’activité, de surveiller, dans une approche plus globale, le respect d’un certain équilibre dans la marche de notre Institution au regard de ses missions régaliennes.
Cette innovation dénommée « Rapport Général sur l’état de l’Institution » fera désormais partie des classiques de nos séminaires bilan et sera produit et présenté par l’Inspection Générale en sa qualité de garant du respect des textes et procédures régissant nos activités.
Toujours au chapitre des innovations, nous aurons également à examiner l’état d’avancement de notre Plan Stratégique de Développement 2016-2020, adopté les 8 et 9 septembre 2016 dans cette même salle.
De cette vision stratégique sont nés dix-sept projets déclinés en matrices d’actions dont certaines sont arrivées à échéance. Une lucarne sera donc réservée à l’évaluation de la mise en œuvre de ces projets désormais partie intégrante de nos séminaires bilan.
A l’issue de ces rétrospectives, nous essaierons ensemble de convenir des mesures correctives en vue de mieux aborder le nouvel exercice.
Par ailleurs, comme indiqué dans la lettre d’orientation du 23 janvier 2017, l’année 2017 est placée sous le sceau de l’amélioration et de la disponibilité de l’information, exprimé par le slogan « 2017, année de l’information fiable et disponible à temps ».
L’information est un outil incontournable d’aide à la décision. A ce titre, elle doit être disponible à temps et exempte de toute anomalie susceptible d’en altérer la qualité.
Il s’agira donc pour chaque service et acteur de veiller à :
l’exhaustivité et à la fiabilité des données produites et enregistrées ;
la célérité dans leur production ;
leur parfaite centralisation ;
la reddition régulière des comptes ;
l’amélioration du système d’archivage des données ;
etc.
Chacun d’entre nous est donc appelé à traduire ce slogan dans le langage spécifique de ses missions pour une résonnance harmonieuse à l’échelle de notre Administration et pour la plus grande satisfaction de nos usagers-clients.
Mesdames et Messieurs, Chers Membres du Comité de Direction Elargi,
Les résultats que nous évaluerons au cours de ces deux (02) journées n’auraient pas été possibles sans votre abnégation et votre haut sens du devoir professionnel.
Je tiens sincèrement à vous en remercier.
Par ailleurs, comme vous l’avez constaté, nous avons apporté quelques modifications dans le conducteur de nos réunions hebdomadaires.
Ces amendements répondent au souhait de rapprocher nos cadres de concertation de nos grands projets, déclinés en processus dans le cadre de notre système de management intégré qualité, contrôle interne et maitrise des risques.
C’est ici pour moi, l’occasion de féliciter les pilotes de processus qui se sont rapidement familiarisés avec les exigences imposées par cette nouvelle approche, par la qualité et la justesse de leurs communications.
A travers cette nouvelle formule, nous poursuivons également l’objectif de confier le traitement des questions purement opérationnelles en premier chef aux services techniques afin d’articuler l’ordre du jour de nos Comités de Direction autour de problématiques managériales et transversales touchant la vie de l’Institution dans sa globalité.
Bien entendu, le Comité se réserve le droit de trancher, en dernier recours, les contentieux d’ordre strictement technique qui n’auraient pas été dénoués en premier ressort et en appel par les acteurs opérationnels. Mesdames et Messieurs les Représentants des Structures Syndicales et Associatives 
L’amélioration continue des conditions de vie et de travail du personnel est une préoccupation que j’ai inscrite au cœur de mon projet d’entreprise. C’est la raison pour laquelle j’ai institué, en décembre 2016, une plate-forme de dialogue social entre la Direction Générale et les Structures Syndicales et Associatives.
Ce cadre de rencontre périodique vise à mieux vous accompagner dans la défense des intérêts des syndiqués et à développer entre vous et nous des relations de partenariat propice au maintien d’un climat social et politique sain.
J’invite donc chacun de vous à adhérer à l’esprit de cette plate-forme afin d’en faire un véritable levier de renforcement de la communication interne.


Mesdames et Messieurs, Chers Séminaristes,
Je voudrais, à l’entame de nos travaux, souhaiter que ces deux jours de retraite professionnelle, nous permettent de méditer sur le bilan de l’exercice écoulé et de regagner nos services respectifs suffisamment imprégnés et sensibilisés au projet de faire de 2017, l’année de l’information fiable et disponible à temps.
Pour ce faire, nous devons nous évertuer à sanctionner nos travaux par des recommandations fortes et engageant chacun de nous à faire mieux qu’en 2016.
C’est sur cet appel que je voudrais mettre un terme à mon propos, en nous souhaitant à tous un bon séminaire-bilan.
Je vous remercie.
[...]

actualites

Y. J Choi (Patron de l’ONUCI) à propos du contentieux - «On peut contester, mais avec les preuves»
Guerres civiles en Afrique / Gbagbo à une soutenance de thèse : \"Cela résulte de la fragilité de nos Etats\"
Youssouf Bakayoko (président de la Cei) chez Soro et Ouattara, hier
Hier au campus de Cocody - Gbagbo était là, le feu aussi
Mines et énergies : Augustin Komoé s`informe sur son ministère
Encadrement technique des Eléphants - Eléphants : Guus Hiddink, c’est fait à 95%
Primature : Après sa distinction par The Financial Times - Charles Koffi Diby remet son prix à Soro
Ghana : Sans Essien, avec Muntari
Apple confronté au problème du travail des enfants
France - Médecins généralistes : en grève le 11 mars
80 personnes trouvent la mort dans un éboulement en Ouganda
La Prophétesse des nations Blandine Esther Akproh. Du Ministère Evangélique la Parole en Action (M.E.P.A)
Promotion de l\'eau potable dans la région des Lacs: Une unité voit le jour
Les conséquences du délestage électrique
Yamoussoukro - Les Imams confient le nouveau gouvernement et la nouvelle Cei à Allah
Mabri Toikeusse, face à la presse hier: \"Je me retire\"
Processus électoral/ Jean Jacques Béchio: \"Le gouvernement et la Cei sont pris en otage\"
Football : Côte d’Ivoire-Corée du Sud (Aujourd’hui 14h30) - Eléphants, le match de la réconciliation
Présidentielle au Togo : une élection sous haute surveillance
Humanitaire - Gbazé Thérèse : “Mille fois merci à N’Dri Romaric”

PENSEE DU JOUR

« La paix, qui a constamment besoin d’exhortations, est une acquisition continue, le plus souvent silencieuse. »
UNESCO, Paris, 7 mai 1976
FELIX HOUPHOUET BOIGNY

METEO

RECEVOIR NOS ARTICLES

Enregistrer votre Nom et votre Email et recevez nos bulletins d'informations hebdomadaire

THEME AUDIO DE LA SEMAINE

Amani Djoni

Amani Djoni

INVITE DU JOUR

 Bilan et perspectives de la MUGEFCI avce SORO Mamadou PCA de la MUGEFCI

Bilan et perspectives de la MUGEFCI avce SORO Mamadou PCA de la MUGEFCI

ON DIT KOI?

L'Ethiopie souhaite la libération de 70 ressortissants emprisonnés en Zambie ADDIS ABEBA, 20 octobre (Xinhua) -- Le gouvernement éthiopien s'efforce d'obtenir la libération de 70 ressortissants emprisonnés en Zambie depuis début octobre, a annoncé vendredi Meles Alem, porte-parole de la diplomatie éthiopienne. Il a précisé que le ministère des Affaires étrangères travaillait avec son ambassade à Lusaka, la capitale zambienne, pour chercher à obtenir leur libération. La police zambienne a annoncé le 15 octobre avoir arrêté 70 ressortissants éthiopiens soupçonnés d'être impliqués dans une affaire de trafic d'êtres humains. M. Alem a fait savoir que son ministère avait récemment contribué au rapatriement de 147 Ethiopiens purgeant des peines dans des prisons zambiennes, dont certains condamnés à 15 ans de prison pour entrée illégale en Zambie. Des trafiquants d'êtres humains utilisent des pays tels que la Zambie comme point de transit pour faire entrer des Ethiopiens en Afrique du Sud, où vivent clandestinement des dizaines de milliers d'Ethiopiens. Fin (PCC Congrès) De hauts dirigeants du PCC appellent à appliquer la Pensée de Xi Jinping BEIJING, 20 octobre (Xinhua) -- De hauts dirigeants du Parti communiste chinois (PCC) ont appelé jeudi à déployer des efforts pour comprendre et appliquer pleinement la Pensée du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère de Xi Jinping. "Cette Pensée représente le dernier acquis de la sinisation du marxisme et constitue un composant important du système des théories du socialisme à la chinoise", a indiqué Li Keqiang lors de discussions de groupe au cours du 19eCongrès national du PCC. Selon M. Li, la pensée de la "nouvelle ère" de M. Xi est un guide d'action à long terme auquel le Parti doit adhérer et qui doit être pleinement compris et appliqué afin de mettre en oeuvre de manière intégrale l'esprit du Congrès. Lors des discussions de groupe, Wang Qishan a de son côté appelé à étudier minutieusement et à saisir la Pensée de la "nouvelle ère" de M. Xi et à appliquer fidèlement les objectifs stratégiques fixés lors du Congrès. La Pensée de la "nouvelle ère" de M. Xi doit être étudiée, comprise et mise en application de manière ferme, afin de réaliser de nouveaux progrès dans la grande cause du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, a pour sa part affirmé Zhang Gaoli lors des discussions de groupe. MM Li, Wang et Zhang sont tous membres du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC. La Pensée du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère est basée sur et enrichit le marxisme-léninisme, la pensée de Mao Zedong, la théorie de Deng Xiaoping, la pensée importante de la "Triple Représentation" et le concept de développement scientifique, selon un rapport présenté mercredi par M. Xi au 19e Congrès national du PCC. Fin
Un foyer de peste porcine africaine confirmé dans le nord de la Côte d'Ivoire ABIDJAN, 19 octobre (Xinhua) -- Une épidémie de peste porcine sévit depuis septembre dans le département de Ferkessédougou, dans le nord de la Côte d'Ivoire, a annoncé jeudi le ministère des Ressources animales et halieutiques. Un laboratoire a procédé à des examens sur les porcs et a confirmé cette épidémie. Dans un communiqué transmis à Xinhua, il précise que les enquêtes montrent que "la mortalité est souvent proche de 100% et concerne les porcs de tous les âges". Pour circonscrire la zone affectée et contenir le virus, le gouvernement a interdit tout mouvement de porcs et de sous-produits dérivés provenant des localités touchées. Il préconise aussi la désinfection des porcheries, du matériel d'élevage et des lieux contaminés, ainsi que la réactivation des organisations de défense sanitaire d'élevage de porcs sur toute l'étendue du territoire ivoirien. Une veille sanitaire nationale, y compris dans les régions non touchées, a été instituée pour éviter la propagation du virus et des postes de contrôle ont été établis pour éradiquer l'épidémie. En septembre 2014, un foyer de peste porcine avait été signalé dans la ville portuaire de San Pedro (sud-ouest). La peste porcine africaine s'est déclarée pour la première fois en Côte d'Ivoire le 16 avril 1996 et a entraîné la perte de près de 30% du troupeau porcin, dont 80% des porcs du secteur commercial, selon des chiffres officiels. Fin
Burkina : un poste de police attaqué dans le nord OUAGADOUGOU, 16 octobre (Xinhua) -- Le poste de police de Sollé, localité située au nord du Burkina Faso, a été attaqué dans la nuit de dimanche à lundi par des assaillants non identifiés, a-t-on appris de sources locales. Des témoins contactés qui n'ont pas été à mesure de fournir un bilan, annoncent toutefois des dégâts matériels importants. Le nord du Burkina Faso est régulièrement la cible d'attaques terroristes depuis 2015. Dans un rapport intitulé "Nord du Burkina Faso : ce que cache le jihad", l'International Crisis Group appelle les autorités burkinabè à développer des réponses qui tiennent compte des dimensions sociales et locales de la crise dans cette partie du pays. Ce rapport, publié jeudi à Dakar, au Sénégal, se focalise sur la province du Soum, épicentre du conflit et lieu de naissance du groupe Ansarul Islam dirigé par Malam Ibrahim Dicko. Selon Crisis Group, longtemps épargné par les groupes armés actifs au Sahel, le Burkina Faso est confronté à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières visant la partie nord du pays. Le rapport souligne que l'insécurité au Nord du Burkina ne résulte pas uniquement d'un déficit de développement, d'une incompréhension entre un Etat central et un territoire lointain ou de l'influence négative d'un voisin en guerre. "Elle est surtout le résultat d'une crise profonde qui agite les groupes humains qui habitent les terroirs du Nord. C'est sur ces fractures très locales entre maîtres et sujets, dominants et dominés, anciens et modernes que Malam Dicko a bâti sa popularité". Pour Crisis Group, la résolution définitive de la crise dépendra en partie de la stabilisation du Mali ainsi que de la mise en place par le gouvernement et ses partenaires de plans efficaces de développement. Mais elle viendra aussi et surtout de la création de nouveaux équilibres sociaux et d'un règlement par les populations locales de leurs divisions actuelles. Fin
Zuma réaffirme son engagement en faveur de l'établissement d'une ZLEC en Afrique LE CAP, 9 octobre (Xinhua) -- Le président sud-africain Jacob Zuma a réaffirmé lundi l'engagement de l'Afrique du Sud en faveur de la création d'une zone de libre-échange continentale (ZLEC), comme le prévoit l'Union africaine (UA). L'Afrique du Sud prend très au sérieux les négociations de la ZLEC, car l'intervention a le potentiel de contribuer positivement à la croissance économique et au développement en Afrique, a déclaré M. Zuma, tout en répondant aux questions des parlementaires à l'Assemblée nationale. "Notre engagement à l'égard de la ZLEC est attesté par le fait que l'Afrique du Sud a accueilli la réunion de l'Assemblée des chefs d'Etats de l'UA qui a lancé les négociations de la ZLEC", a déclaré M. Zuma. L'UA a décidé en 2012 de créer la ZLEC d'ici octobre 2017 et la décision a été réaffirmée à Addis-Abeba (Éthiopie) en novembre 2016. L'objectif est de renforcer le commerce intra-régional et de faire en sorte que les pays africains font du commerce les uns avec les autres à de meilleurs conditions que celles des pays tiers. La ZLEC est également l'une des priorités de l'Agenda 2063 établi par l'UA. Apparemment se référant à des préoccupations sur peu de progrès réalisés dans la mise en place de la ZLEC, M. Zuma a indiqué que l'Assemblée des chefs d'Etats de l'UA reçoit régulièrement des informations sur les progrès. Chaque partie à la négociation procède à une évaluation souveraine des avantages de l'entrée dans les négociations de la ZLEC et fait en sorte que les avantages l'emportent sur les considérations négatives qui en découlent, a déclaré M. Zuma. En Afrique du Sud, les négociations de la ZLEC reçoivent la plus grande attention politique, a déclaré M. Zuma. Il a souligné que son pays fournirait les conseils nécessaires pour progresser rapidement vers la conclusion de la ZLEC. "Pour démontrer notre engagement à finaliser rapidement les négociations de la ZLEC, l'Afrique du Sud a récemment accueilli des réunions des groupes de travail techniques de la ZLEC et d'un forum de négociations du 20 août au 2 septembre 2017 à Durban", a déclaré le président sud-africain. En outre, l'Afrique du Sud a fait des propositions spécifiques pour la conclusion des négociations de la ZLEC, a-t-il ajouté. L'Afrique du Sud a avancé l'approche d'intégration au développement de la ZLEC qui combine l'intégration du marché, le développement industriel et d'infrastructure, selon M. Zuma. Cette approche garantit que l'Afrique s'attaque aux contraintes fondamentales au commerce intra-africain et à l'intégration de l'Afrique dans l'économie mondiale, y compris les contraintes liées à la production et à l'offre, a expliqué M. Zuma. L'Afrique du Sud soutient les accords de libre-échange qui reconnaissent expressément les différences de niveau de développement et créent par conséquent des obligations différenciées, a-t-il noté. "L'Afrique du Sud est donc résolue à faire en sorte que la ZLEC profite à tous les Etats membres de l'UA", a déclaré M. Zuma. L'Afrique du Sud défend également le maintien de l'espace de politique dans tout accord de libre-échange pour la promotion des objectifs nationaux de développement tels que l'industrialisation, l'accès à une santé publique abordable et l'introduction d'autres mesures de développement dans toutes les négociations de libre-échange auxquelles participe l'Afrique du Sud, y compris la ZLEC, a déclaré M. Zuma. Fin

KIOSQUE A JOURNAUX

Amanien.info © 2017 Tous droits réservés