Derniere Minute
Désormais www.amanien.info sur tablette, smartphone, traduit en plusieurs langues et affiche les pharmacies de garde. Contact: 40 01 35 92 |
Visite(s)

Notre Dame de Lourdes / Une terre de miracles ?

Posté le 09-02-2017 | 344 Vue(s)

amanien.info
Y a-t-il vraiment des miracles à Lourdes ? Le Pr François-Bernard Michel, pneumologue, qui préside le comité médical international de Lourdes, répond aux questions de Sophie de Villeneuve, dans l'émission Mille questions à la foi sur Radio Notre-Dame. Sophie de Villeneuve : Beaucoup se demandent s'il y a des miracles, des guérisons inexpliquées. Lourdes est-elle vraiment une terre miraculeuse ?
F.-B. M. : Oui, il y en a encore. Depuis les apparitions de 1858, cependant, on n'en totalise que soixante-neuf. C'est peu, pour les millions de pèlerins qui sont venus à Lourdes. Notons que Marie, dans ses messages à Bernadette, n'a jamais parlé de maladie ni de guérison. C'est la foi populaire qui, voyant surgir une source nouvelle, a eu l'idée d'en recueillir l'eau pour la boire ou soigner les plaies.

C'est vrai que Marie n'a jamais dit : Venez ici et vous serez guéri.
F.-B. M. : C'est vrai. Mais la ferveur populaire a immédiatement embrayé. Ce qui est intéressant à Lourdes, c'est que les autorités ecclésiales et les médecins ont immédiatement travaillé ensemble. L'évêque du moment, Mgr Laurence, confronté aux premières guérisons supposées miraculeuses, ne voulait pas cautionner n'importe quoi. Il a donc demandé à un médecin de la faculté de Montpellier, qui était installé à Tarbes, d'étudier les dossiers et donner un avis. Ce professeur a reconnus que dans certains cas, il y avait des guérisons inexpliquées. Et depuis 1858, on a parcouru un chemin considérable. Le mot guérison n'a plus la même signification. De nouveaux moyens de diagnostic, scanner et IRM, sont apparus. Les traitements ont changé, et pas un cancéreux ne va à Lourdes sans être passé par une chimio ou une radiothérapie… On est confronté aujourd'hui à la difficulté de savoir qui de Marie à Lourdes ou de la chimiothérapie a provoqué la guérison.

On dit que l'Église a toujours été méfiante devant les miracles. C'est vrai ?
F.-B. M. : Oui, et elle a raison ! Un grand évêque de Lourdes, Mgr Theas, en 1958, a créé le Comité médical international, en lui demandant de lui communiquer des faits réels, indiscutables. Il n'y a jamais eu, contrairement à ce qu'ont prétendu certains, comme Émile Zola, d'envie de l'Église de multiplier les miracles. Quand Zola est allé à Lourdes avec le pèlerinage national, il a été invité par le Comité à assister aux discussions. Aujourd'hui, le Comité médical scrute avec une attention soutenue les dossiers de guérisons inexpliquées, en l'état actuel des connaissances médicales et scientifiques.

Justement, qu'appelle-t-on une guérison inexpliquée ?
F.-B. M. : Il y a toujours eu, depuis Hippocrate, des cas de guérison spontanée. Qu'est-ce qui les différencie des guérisons de Lourdes ? C'est que celles-ci sont enregistrées dans un contexte de foi et du désir de guérison du malade. On pense à la guérison rapportée dans l'Évangile de Marc de cette femme "hémorroïsse" qui avait un fibrome de l'utérus, qui vient toucher le manteau de Jésus pour être guérie. À Lourdes, les guérisons s'intègrent dans le cadre de la foi, ce qui démystifie leur caractère extraordinaire ou anormal. Il n'y a pas de raison en effet que Dieu, pour guérir, ne passe pas par des moyens qu'il a lui-même créés.

Cela veut dire que pour guérir, il faut le vouloir ?
F.-B. M. : Il faut en avoir le désir. Il faut aussi que ce désir soit porté par une foi ardente. Jésus disait qu'il n'était pas venu pour guérir, et à ceux qu'il guérissait il disait : Ta foi t'a sauvé. Au Comité médical, nous sommes très prudent et nous attendons parfois une dizaine d'années avant de parler du caractère exceptionnel d'une guérison. Nous rencontrons les personnes plusieurs fois, ne serait-ce que pour compléter leur dossier médical, et nous constatons en effet qu'elles ont un très fort désir de vie. La dernière guérison exceptionnelle que nous avons constatée concerne une jeune femme, atteinte d'une tumeur qui déclenche des accès d'hypertension artérielle paroxystique gravissimes, car ils peuvent se compliquer d'hémorragie cérébro-méningée. On a épuisé tous les moyens thérapeutiques en France et son mari, médecin, veut l'emmener aux Etats-Unis. Elle a voulu venir à Lourdes avant de partir pour Boston. Après son passage dans les piscines, les accès d'hypertension cessent. Certes, elle avait accepté de partir à l'étranger, mais pour elle Lourdes était important.

Lors d'une guérison inexpliquée, que constate-t-on ? Que tous les tissus sont restaurés ? Qu'on ne trouve plus aucune trace de la maladie ?
F.-B. M. : Vous posez une bonne question, qui est celle de l'évolution au XXIe siècle des guérisons. Pour les médecins d'aujourd'hui, le mot guérison signifie une guérison fonctionnelle, c'est-à-dire que la personne retrouve la fonction (de l'épaule, du genou, etc.) qu'elle avait perdue. Cela ne veut pas dire qu'elle a des cartilages tout neufs. On objectera que cette perte était psychosomatique et que la personne n'était pas vraiment malade. C'est mépriser les personnes que de dire cela. Ces personnes ont souffert et consulté pendant des années, on a leur dossier. Si elles sont guéries, cela veut dire quelque chose ! On dit aussi : Vous croyez cette personne guérie, mais elle rechutera, ce n'est qu'une rémission. Mais vous et moi rechuterons tous dans cette maladie qu'est la mort.

Vous parlez aussi des guérisons psychiques dans votre livre. Il y en a ?
F.-B. M. : Oui, mais à Lourdes, autant qu'ailleurs, elles sont difficilement constatables, avec des dossiers solides avant et après le passage à Lourdes. Ce sont des choses qui se passent à l'intérieur des personnes, des dépressions ou de l'anxiété qui disparaissent. Je pense qu'il est fréquent que des découragés de la vie retrouvent du sens à l'occasion d'un pèlerinage, devant la ferveur de la foule.

Vous avez l'air de dire que si les guérisons reconnues à Lourdes sont peu nombreuses, il y en a peut-être beaucoup plus qu'on ne le pense.
F.-B. M. : Sûrement. Les soixante-neuf guérisons reconnues l'ont été par le Comité et par les évêques du lieu, et certains évêques ne sont guère enthousiastes devant les miracles. Et puis certaines personnes n'ont pas envie de faire reconnaître leur guérison, cela se passe entre elles et N.-D. de Lourdes.

Dans la position où vous êtes, vous êtes admiratif de ce qui se passe à Lourdes ?
F.-B. M. : Oui, parce que c'est un endroit où j'estime que le divin touche terre. Beaucoup de personnes font le tour de la grotte en touchant le rocher de leurs mains. On peut être agacé par ce qu'on pourrait considérer comme du fétichisme. Ce n'en est pas. Ces gens sont très respectables. Ils veulent mettre la main sur un endroit où le divin s'est manifesté. On n'est pas obligé de croire aux miracles ni aux apparitions de Lourdes, mais je crois que l'Incarnation s'est manifestée au-delà de l'Incarnation du Christ et qu'elle se poursuit tous les jours dans notre monde.
[...]

actualites

Y. J Choi (Patron de l’ONUCI) à propos du contentieux - «On peut contester, mais avec les preuves»
Guerres civiles en Afrique / Gbagbo à une soutenance de thèse : \"Cela résulte de la fragilité de nos Etats\"
Youssouf Bakayoko (président de la Cei) chez Soro et Ouattara, hier
Hier au campus de Cocody - Gbagbo était là, le feu aussi
Mines et énergies : Augustin Komoé s`informe sur son ministère
Encadrement technique des Eléphants - Eléphants : Guus Hiddink, c’est fait à 95%
Primature : Après sa distinction par The Financial Times - Charles Koffi Diby remet son prix à Soro
Ghana : Sans Essien, avec Muntari
Apple confronté au problème du travail des enfants
France - Médecins généralistes : en grève le 11 mars
80 personnes trouvent la mort dans un éboulement en Ouganda
La Prophétesse des nations Blandine Esther Akproh. Du Ministère Evangélique la Parole en Action (M.E.P.A)
Promotion de l\'eau potable dans la région des Lacs: Une unité voit le jour
Les conséquences du délestage électrique
Yamoussoukro - Les Imams confient le nouveau gouvernement et la nouvelle Cei à Allah
Mabri Toikeusse, face à la presse hier: \"Je me retire\"
Processus électoral/ Jean Jacques Béchio: \"Le gouvernement et la Cei sont pris en otage\"
Football : Côte d’Ivoire-Corée du Sud (Aujourd’hui 14h30) - Eléphants, le match de la réconciliation
Présidentielle au Togo : une élection sous haute surveillance
Humanitaire - Gbazé Thérèse : “Mille fois merci à N’Dri Romaric”

PENSEE DU JOUR

« De nos jours, plus sans doute qu’au cours des époques successives qu’a traversées l’humanité, la paix mondiale est indivisible."
Vœux du Corps diplomatique, 1er janvier 1967
FELIX HOUPHOUET BOIGNY

METEO

RECEVOIR NOS ARTICLES

Enregistrer votre Nom et votre Email et recevez nos bulletins d'informations hebdomadaire

THEME AUDIO DE LA SEMAINE

Amani Djoni

INVITE DU JOUR

Bilan et perspectives de la MUGEFCI avce SORO Mamadou PCA de la MUGEFCI

ON DIT KOI?

Zimbabwe : l'association des anciens combattants promet d'appeler à manifester jusqu'à la démission de Mugabe HARARE, 20 novembre (Xinhua) -- L'Association des anciens combattants de la guerre d'indépendance nationale du Zimbabwe (ZNLWVA) a annoncé lundi qu'elle allait inviter les habitants à redescendre à nouveau dans la rue jusqu'à ce que le président Robert Mugabe démissionne. Cette annonce survient au lendemain de l'intervention télévisée de M. Mugabe qui n'a pas annoncé dimanche soir sa démission comme cela était largement attendu. Le directeur de la ZNLWVA, Christopher Mutsvangwa, a déclaré lors d'une conférence de presse que Robert Mugabe, 93 ans, devrait cesser de faire comme si les choses étaient normales dans le pays après que l'armée soit "intervenue" pour éliminer les "criminels" l'entourant et qui, selon M. Mutsvangwa, ont commis des crimes menaçant la sécurité nationale. "Si M. Mugabe refuse de démissionner, nous reviendrons vers le peuple et l'appellerons à redescendre dans la rue. La dernière fois, quelque 1,5 million de personnes ont participé aux manifestations et cette fois-ci, nous voulons encore plus de soutien. Nous organiserons un sit-in jusqu'à ce que M. Mugabe ait démissionné. Nous ne quitterons pas Harare avant son départ", a assuré le chef de la ZNLWVA. Des dizaines de milliers de Zimbabwéens sont descendus samedi dans les rues de Harare pour appeler M. Mugabe à quitter un pouvoir qu'il exerce depuis 1980. Le chef de l'Etat a été évincé de la tête du parti au pouvoir, la ZANU-PF, et il lui a été demandé de démissionner d'ici ce lundi midi, faute de quoi il fera face à une procédure de destitution. Dans son discours à la nation dimanche soir, Robert Mugabe a affirmé qu'il entendait présider le congrès extraordinaire du parti le mois prochain afin de s'occuper des défis auquel la ZANU-PF fait face. Pour sa part, Christopher Mutsvangwa a annoncé que la ZNLWVA avait initié une procédure judiciaire pour légaliser l'action militaire du 15 novembre contre M. Mugabe.
Afrique : la croissance chinoise et européenne donne une "impulsion positive" en Afrique subsaharienne (FMI) LOME, 10 novembre (Xinhua) -- La croissance des principaux partenaires commerciaux de l'Afrique, notamment la Chine et la zone euro, donne une "impulsion positive" à l'activité dans la région subsaharienne du continent, a estimé jeudi Sampawende Jules Tapsoba, le représentant résident du Fonds monétaire international (FMI) au Togo. Présentant à Lomé le résumé analytique du rapport de l'institution financière sur les perspectives économiques régionales en Afrique subsaharienne, il a indiqué que "la vigueur accrue de la croissance mondiale, notamment chez les principaux partenaires commerciaux que sont la Chine et la zone euro, donne une impulsion positive à l'activité en Afrique subsaharienne". M. Tapsoba note, en outre, que le regain d'appétit pour les rendements a entraîné un rebond des émissions obligataires souveraines dans les pays frontaliers de la région. "Cependant, la faiblesse des cours des matières premières continue de peser sur les perspectives de croissance pour les pays exportateurs de produits de base", a-t-il ajouté. Le résumé analytique fait ressortir qu'en Afrique subsaharienne la conjoncture extérieure s'améliore, alors que la reprise reste modeste et que s'accentuent les vulnérabilités. Le taux de croissance devrait atteindre 2,6% en 2017, mais continuera de se redresser pour atteindre 3,4% en 2018, apprend-on dans ce document qui relève que, dans beaucoup de pays qui connaissent une expansion plus rapide, la croissance continue d'être tributaire des dépenses publiques et que cela alourdit la dette. Le représentant du FMI a estimé que les pays de l'Afrique subsaharienne devaient, entre autres, mener des réformes structurelles et saisir les occasions de pousser la croissance au-delà des projections actuelles. Cela pourra se faire en agissant, a souligné M. Tapsoba, sur le front de la transformation structurelle et de la diversification des exportations, y compris l'amélioration de l'accès au crédit, des infrastructures et du cadre réglementaire avec la mise en valeur de la main-d'oeuvre qualifiée.
Cap-Vert : la sécheresse affectera 70.000 personnes, selon le gouvernement PRAIA, 10 novembre (Xinhua) -- La sécheresse au Cap-Vert va affecter directement et indirectement environ 70.000 personnes, soit près de 13% de la population de l'archipel, a annoncé jeudi le ministre de l'Agriculture Gilberto Silva. Le gouvernement va intensifier la mise en œuvre des mesures du programme d'urgence d'aide aux sinistrés, a-t-il déclaré après avoir signé un accord avec des établissements de micro-finance pour l'exécution d'une ligne de crédit de 453.000 euros pour le secteur agricole. Accorder des crédits à des conditions concessionnelles est l'une des mesures visant à atténuer les effets de la sécheresse et de la mauvaise année agricole dans le pays, en plus d'un programme d'urgence gouvernemental d'environ 7 millions d'euros qui devrait couvrir 17.200 familles. Les fermiers, les éleveurs, les familles touchées et les partis politiques de tout l'archipel ont appelé à une action urgente sur le terrain. M. Silva a assuré que les mesures n'attendront pas l'approbation du budget de l'Etat pour 2018, rappelant qu'il s'agit d'un programme d'urgence déjà mis en œuvre. "Le budget de l'Etat pour 2018 apportera également des mesures", a-t-il ajouté, indiquant qu'il y aura une exemption de taxes et de droits de douane à l'importation et à la commercialisation d'aliments et de médicaments pour animaux ainsi que sur le matériel pour l'irrigation goutte à goutte. Le Cap-Vert a connu des niveaux de précipitations très faibles cette année, ce qui a presque complètement compromis la campagne agricole du pays, entraînant une baisse des récoltes et une hausse des prix sur les marchés. Le manque de pluie affecte également les éleveurs de bétail, qui vendent déjà les animaux à bas prix, pour éviter de nombreuses pertes.
Centrafrique : plus de 1.000 victimes de violence sexuelle depuis janvier (MSF) BANGUI, 8 novembre (Xinhua) -- John Johnson, coordonnateur terrain de l'ONG humanitaire Médecins sans frontières (MSF), a indiqué mercredi à Xinhua que 1.253 victimes de violences sexuelles des deux sexes avaient été prises en charge entre janvier et septembre 2017. M. Johnson a précisé que cette prise en charge gratuite concernait les victimes des violences sexuelles résidant à Bangui ou dans des provinces de la République centrafricaine (RCA) et comprenait des soins médicaux et une assistance psychosociale, voire juridique. Il a conseillé aux victimes des violences sexuelles de se présenter dans une clinique le plus tôt possible, au plus tard trois jours après l'incident, afin d'améliorer la lutte contre les infections sexuellement transmissibles. Les violences sexuelles sont de plus en plus utilisées comme une arme psychologique visant à ébranler l'adversaire. Il faut ajouter à cela les pesanteurs socio-culturelles qui font que certaines victimes préfèrent taire leur agression par crainte de faire honte à leur communauté. Ce qui donne à penser que le chiffre de 1.253 victimes prises en charge par MSF ne serait qu'une partie émergée de l'iceberg. En outre, la situation socio-sécuritaire en RCA, avec la persistance des menaces des groupes armés, fait que de nombreux travailleurs humanitaires ont réduit leurs interventions dans certaines localités, voire retiré purement et simplement leur personnel sur place.

KIOSQUE A JOURNAUX

Amanien.info © 2017 Tous droits réservés