Derniere Minute
Désormais www.amanien.info sur tablette, smartphone, traduit en plusieurs langues et affiche les pharmacies de garde. Contact: 40 01 35 92 |
Visite(s)

PHÉNOMÈNE AGROBUSINESS: DU SOCIAL A L’ESCROQUERIE

Posté le 08-02-2017 | 309 Vue(s)

amanien.info
Le phénomène d’agrobusiness a commencé timidement entre 2008 et 2009 avec l’entreprise Monheveha.com, filiale du Goupe Agronomix, qui proposait des plantations d’hévéa clé en main à des souscripteurs. Suite à la chute du cours de l’hévéa en 2014, l’entreprise a procédé à une diversification de ses produits agricoles en ajoutant à ses offres, des cultures vivrières et maraîchères devenues aujourd’hui les principaux produits de ce business.
Le succès de Monhevea.com auprès de ces souscripteurs a attiré plusieurs autres entreprises vers ce nouveau business dont Gram’s, Agrizinzt et Agrofinances, portant à vingt et huit(28) le nombre total de promoteurs en 2016. Ces entreprises promettent de réaliser des champs clé en main pour le compte des souscripteurs.
Selon le principe du modèle, les fermes promises par les promoteurs sont créées avec l’argent recueilli auprès des souscripteurs. Elles sont ensuite exploitées jusqu’à la commercialisation de la récolte. L’entreprise partagerait alors avec le client, les plus-values mirobolantes qui en résultent. Le rendement moyen de cet investissement est supérieur à 200%.
A titre d’illustration, pour la création d’un hectare de tomate de l’espèce Sanzana F1, les personnes intéressées versent comme montant de souscription 1,8 million FCFA. Après exactement 6 mois et deux semaines d’exploitation, le client perçoit un revenu de 6,05 millions FCFA, ce qui représente un retour sur investissement de 236% en un semestre.
Ce business qui semble utiliser les méthodes du marché financier, est loin de ressembler à un modèle connu. En effet, aucun produit financier ne peut garantir un résultat aussi important dans les mêmes délais. Sur le marché financier mondial, les taux d’intérêt règlementaires les plus élevés dépassent rarement 10%, quelques soit les garanties qui accompagnent. La dernière opération d’émission des obligations du Trésor Public en 2016 proposait un taux d’intérêt de 6,5%.
Ces deux dernières années, le phénomène a provoqué une ruée des populations vers les entreprises d’agro business. En fin 2016l’on dénombrait plus de 36000 souscripteurs qui ont investi dans 28 sociétés, un montant total de plus de 66 milliards FCFA pour une promesse totale de plus de 660 milliards FCFA.
Au regard de cette situation, le Gouvernement qui se doit de garantir la protection des épargnants, a diligenté en novembre 2016, des enquêtes pour mieux apprécier le fonctionnement de ce système. Le groupe de travail commis à cette tâche par le Ministre de l’Economie et des Finances a produit son rapport en décembre dernier, qui révèle des risques réels pour les souscripteurs de ce business. Vu l’importance des flux financiers en jeu, le Gouvernement a pris des mesures dont la mise sous séquestre des comptes des entreprises concernées. Il a également appelé les populations à plus de vigilance pour tout acte d’investissement et de placement de capital qui s’apparentent à ce modèle.




Selon la loi bancaire de 2009, les opérations de collecte de fonds pour des investissements sont exclusivement réservées aux banques et établissements financiers. A ce titre, ces entreprises doivent initialement se procurer un agrément leur attribuant ce statut spécial.
Nul ne peut, sans avoir préalablement obtenu cet agrément, exercer une activité qui consiste à recevoir des fonds qu’il emploie, pour son propre compte ou pour le compte d'autrui, en opérations de placement, ou toute autre opération.
Par ailleurs le règlement 009/2010/CM/UEMOA relatif aux relations financières extérieures des Etats membres de l’UEMOA dispose que toute transaction financière entre une personne physique ou morale de l’Union et une autre hors de cette zone, doit transiter par la BCEAO. Cependant, des souscriptions sont enregistrées (HORS UEMOA) ainsi que des paiements de RSI, en violation de cette norme régionale.

L’ACTE SALVATEUR DU GOUVERNEMENT
Les mesures entreprises par le Gouvernement font suite aux inquiétudes des autorités sur la nature de ce nouveau business ainsi que la sincérité des promoteurs. Cette offre d’affaire ne correspondait à aucun modèle connu. En effet, ces entreprises qui collectent des fonds colossaux ne sont ni des banques, ni des structures d’intermédiation boursières, encore moins des structures de microfinance.
Aussi, vu le nombre important de souscripteurs (>36.000), la logique voudrait que l’on aperçoive des étendues de champs (de tomates ou autre produits agricoles), à perte de vue, appartenant aux promoteurs. Cela est loin d’être le cas, notamment dans les localités de Bocanda et Didievi ou certaines entreprises soutiennent avoir installé leurs fermes. La production estimées par les promoteurs ne se répercutent ni sur le marché local ni dans les transactions sur les produits agricoles avec l’extérieur.
Les autorités s’interrogent également sur les raisons pour lesquelles ces entreprises ne sollicitent pas directement des établissements financiers (qui ont les moyens d’étudier dans le délai leur modèle économique)pour lever les fonds et préfèrent se tourner vers l’épargne des populations qui n’ont aucun moyen de contrôle et de mesure de risque.
Au demeurant, les sociétés d’agrobusiness n’ont pas été capables de fournir la preuve de l’existence des plantations qu’elles financent et dont les rendements permettent de faire face à leurs obligations vis-à-vis de leurs souscripteurs. Des plantations existent certes mais elles trop insuffisantes pour justifier les rémunérations que les souscripteurs sont censés recevoir.
Aussi, les promoteurs de l’agrobusiness disaient investir dans des cultures comme le piment, qui produirait en six (6) mois, plus de 300% de l’investissement. Cela paraît irréalisable, avec le changement climatique qui affecte les saisons.
Par ailleurs, ce phénomène rappelle le système de placement d’argent qui a défrayé la chronique au milieu des années 2000. Des structures organisées en pseudo cabinets financiers promettaient des retours sur investissement de plus de 200% en invoquant des placements boursiers, notamment en Europe avaient réussi à convaincre des dizaines de milliers d’ivoiriens à leur confier leur épargne.
Ce système s’est écroulé de lui-même avec des dizaines de milliards volatilisés et des familles dans le désarroi, révélant une vaste opération d’escroquerie.
Le Gouvernement voudrait donc par ces mesures, anticiper sur les éventuelles conséquences qui pourraient découler de l’effondrement de l’agro business. Aussi en tant que garant de la sécurité et de la paix sociale des populations, le Gouvernement se doit de mener toute action de lutte contre le blanchiment d’argent qui pourrait être une source de financement du terrorisme.

UNE ENTRAVE A L’ECONOMIE IVOIRIENNE

Lorsque le Gouvernement a pris conscience du danger, il a instruit le Ministre de l’Economie et des Finances à l’effet de prendre toutes les dispositions en vue de sauvegarder les intérêts des souscripteurs.
Les risques auxquels s’exposaient à terme les souscripteurs sont nombreux. Je pourrais citer notamment :
- Le défaut de paiement des mises et des rendements promis avec l’écroulement du système, comme ce fut le cas avec le phénomène des placements d’argent. Ce risque était déjà palpable en 2016, avec le retard des paiements par certaines entreprises.
- L’implication dans une opération d’escroquerie qui compromettrait leurs probités et leurs crédibilités vis-à-vis des banques et autres établissements financiers règlementaires, surtout avec la mise en place des Bureau d’Information sur le Crédit.
Au niveau de la population, certaines familles pourraient voir leur économie se volatiliser dans cette affaire qui n’est pas encore maitrisée par les spécialistes de la finance. Cela pourrait avoir un impact sur leur niveau de vie.
Par ailleurs, l’économie ivoirienne pourrait subir un choc provoqué par l’écroulement de l’agrobusiness. En effet, selon le rapport partiel des investigations diligentées par le Gouvernement, ce sont 60 milliards qui sont investis par les souscripteurs. La perte de ce montant pourrait créer un problème systémique dans l’économie.
A terme, la Cote d’Ivoire pourrait être perçue comme une plaque tournante du blanchiment d’argent et l’agrobusiness comme un moyen de dissimulation de capitaux indument gagné. Or les performances économiques réalisées par la Cote d’ivoire ne saurait s’accomoder de telles pratiques.
Aussi, s’il arrive que la thèse de l’escroquerie se confirme, cela pourrait ternir l’image du pays et dégrader l’environnement des affaires. A l’opposé, si les enquêtes révèlent que le modèle mis en œuvre est viable, nous mettrons tout en œuvre pour garantir la sécurité des épargnants.


AGROBUSINESS : UN PHENOMENE QUI GANGRENE LE SYSTHEME FINANCIER

Au plan financier, l’agrobusiness deviendrait une menace pour les établissements financiers. L’existence des projets agrobusiness faisait des initiateurs de ses projets de redoutables concurrents déloyaux pour la vingtaine de banques commerciales.
Les bénéfices hors norme promis par les sociétés d’agrobusiness, ont suscité des soupçons de la part de l’Etat. Ces soupçons seront certainement confirmés avec le résultat définitif des investigations en cours.
Il faut aussi noter que les structures ont promis à leurs souscripteurs, par des contrats individuels, d’injecter des fonds dans la création de plantations. Certes certaines de ces structures ont des plantations, mais celles-ci sont insuffisantes eu égard au nombre de souscripteurs. Cela révèle que certaines plantations pourraient être virtuelles.
Par ailleurs, les retours sur investissement prévus par les contrats correspondent à un engagement global de 660 milliards de FCFA au 6 janvier 2017 alors que les soldes disponibles sur les comptes bancaires des entreprises d’agro-business s’élèvent à 22 milliards au 10 janvier 2017. Dans un court terme, comme stipulé dans les contrats, le respect de cet engagement s’avère un véritable exploit presque irréalisable.
Tous ces éléments justifient la poursuite des sociétés d’agro business.
Pour l’heure, le Gouvernement attend les résultats définitifs des investigations qu’il a diligentées. Mais, il a tenu à rassurer les souscripteurs, par la voix de son porte-parole, en ces termes : « Les autorités ivoiriennes mettront tout en œuvre pour permettre aux souscripteurs de rentrer, dans la mesure du possible dans leurs fonds et récupérer leur épargne ».


[...]

actualites

Y. J Choi (Patron de l’ONUCI) à propos du contentieux - «On peut contester, mais avec les preuves»
Guerres civiles en Afrique / Gbagbo à une soutenance de thèse : \"Cela résulte de la fragilité de nos Etats\"
Youssouf Bakayoko (président de la Cei) chez Soro et Ouattara, hier
Hier au campus de Cocody - Gbagbo était là, le feu aussi
Mines et énergies : Augustin Komoé s`informe sur son ministère
Encadrement technique des Eléphants - Eléphants : Guus Hiddink, c’est fait à 95%
Primature : Après sa distinction par The Financial Times - Charles Koffi Diby remet son prix à Soro
Ghana : Sans Essien, avec Muntari
Apple confronté au problème du travail des enfants
France - Médecins généralistes : en grève le 11 mars
80 personnes trouvent la mort dans un éboulement en Ouganda
La Prophétesse des nations Blandine Esther Akproh. Du Ministère Evangélique la Parole en Action (M.E.P.A)
Promotion de l\'eau potable dans la région des Lacs: Une unité voit le jour
Les conséquences du délestage électrique
Yamoussoukro - Les Imams confient le nouveau gouvernement et la nouvelle Cei à Allah
Mabri Toikeusse, face à la presse hier: \"Je me retire\"
Processus électoral/ Jean Jacques Béchio: \"Le gouvernement et la Cei sont pris en otage\"
Football : Côte d’Ivoire-Corée du Sud (Aujourd’hui 14h30) - Eléphants, le match de la réconciliation
Présidentielle au Togo : une élection sous haute surveillance
Humanitaire - Gbazé Thérèse : “Mille fois merci à N’Dri Romaric”

PENSEE DU JOUR

« Nous sommes tous solidaires du même destin, du destin de l’Afrique et si nous pouvons mener de front la lutte pour la paix à l’intérieur de nos pays, la paix entre nos pays, la paix entre nos pays et le reste du monde, alors nous aurons servi l’Afrique. »
Conférence de presse sur le dialogue
Abidjan, 28 avril 1971
FELIX HOUPHOUET BOIGNY

METEO

RECEVOIR NOS ARTICLES

Enregistrer votre Nom et votre Email et recevez nos bulletins d'informations hebdomadaire

THEME AUDIO DE LA SEMAINE

Les leaders

INVITE DU JOUR

Le Pr?sident Ouattara et la CAN 2015

ON DIT KOI?

Togo : la Chine réhabilite le stade de Kegué pour le porter au standard IAAF LOME, 13 décembre (Xinhua) -- L'ambassadeur de Chine au Togo, Liu Yuxi, a lancé mardi les travaux de réhabilitation du stade de Kégué de 30.000 places assises construit, il y a dix-sept ans, dans le cadre de la coopération sino-togolaise, a constaté sur place l'agence Xinhua à Lomé. L'entreprise China Geo-Engeneering est chargée de l'exécution des travaux valorisés à près de 100 millions de yuans et qui vont durer environ 20 mois pour ériger le stade de Kégué au standard de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF). A l'achèvement des travaux, le stade de Kégué, un projet couvrant un peu plus de 36.000 mètres carrés dans la banlieue nord de Lomé sera aux normes de la Fédération internationale de football association (FIFA) et de la Confédération africaine de football (CAF). Les travaux de réhabilitation incluent la réparation entière, la maintenance de la structure, la décoration intérieure des bâtiments, la rénovation du système électro-mécanique et des installations sportives, la réhabilitation des routes extérieures et l'amélioration appropriée des fonctions de la conception d'origine de ce stade. La rénovation "favorisera le développement du sport, enrichissant la vie culturelle des populations togolaises et renforçant des échanges culturels et sportifs entre les pays", a expliqué M. Liu. Il s'est dit "convaincu qu'un stade rénové, nouveau fruit de l'amitié sincère entre nos deux pays frères, témoignera encore plus de dynamisme et de performance sportifs et culturels de la jeunesse togolaise". "Nous sommes convaincus que, main dans la main, les relations de coopération sino-togolaises seront toujours plus fructueuses et le Togo connaîtra plus de succès dans sa voie de l'émergence", a conclu le diplomate chinois. Guy Madjé Lorenzo, ministre de la Communication, de la Culture, des Sports et de la Formation civique, s'est félicité du lancement des travaux de réhabilitation. Cette réhabilitation est "presqu'un témoignage de la vitalité" des relations de coopération entre la Chine et le Togo, a-t-il souligné. "Le stade de Kégué rénové sera l'un des stades les plus modernes de l'Afrique de l'Ouest", a dit M. Lorenzo, estimant que les instances sportives du Togo pourront penser y accueillir des rencontres olympiques.
Des médecins chinois attendus au Sénégal pour soigner gratuitement des personnes atteintes de cataracte SOMONE (Sénégal), 11 décembre (Xinhua) -- Des médecins chinois sont attendus en 2018 au Sénégal pour soigner gratuitement des personnes atteintes de cataracte, a annoncé lundi l'ambassadeur de Chine au Sénégal, Zhang Xun. L'ambassadeur de Chine a fait la révélation à l'ouverture à la Somone, 77 km au sud de Dakar, d'un séminaire des médias sur la construction d'une communauté de destin Chine-Afrique. Selon Zhang Xun, pour la dixième année consécutive, la Chine a offert des médicaments antipaludéens au Sénégal où une nouvelle mission médicale est arrivée. "La Chine soutient activement les efforts du gouvernement sénégalais visant à mettre en l'œuvre le Plan Sénégal émergent (PSE)", a-t-il souligné. Il a rappelé que la Chine a lancé en mars dernier les travaux des forages multi-villages, projet financé par un prêt préférentiel qui va permettre à plus de deux millions de Sénégalais dans l'intérieur du pays d'accéder à l'eau potable. L'ambassadeur a rappelé le don de 2000 décortiqueuses et moulins que la Chine a fait au gouvernement sénégalais pour alléger considérablement les charges de travaux dans le monde rural. "Les travaux du pont de Foundiougne (centtre-sud) ont démarré. Les projets de l'aménagement de l'esplanade du Musée des Civilisations noires et l'élargissement de l'hôpital des enfants de Diamniadio ont été approuvés et sont prévus pour la première moitié de 2018", a ajouté l'ambassadeur de Chine. Zhang Xun a poursuivi en indiquant que les études faisabilité pour la réhabilitation du barrage d'Affiniam (sud du Sénégal) et de plusieurs stades sont en cours. "Au niveau de mon ambassade, nous avons réalisés la rénovation de plusieurs écoles et postes de santé. Ensemble avec des entreprises chinoises au Sénégal, nous allons construire des parcs sportifs comme celui de Dakar", dans cinq autres régions du Sénégal, a promis Zhang Xun.
Le géant chinois du transport électrique BYD s'installe au Maroc (PAPIER GENERAL) RABAT, 9 décembre (Xinhua) -- Le Maroc a signé samedi un protocole d'accord avec le constructeur automobile chinois BYD sur l'implantation d'une usine de voitures électriques près de Tanger, dans le nord du pays, la première du genre dans le pays. Le protocole d'accord, signé au palais royal de Casablanca (ouest) en présence du roi Mohammed VI et du PDG de BYD, Wang Chuanfu, prévoit également la construction à terme de trois autres usines, l'une de batteries électriques, l'autre de bus et de camions électriques et la dernière destinée à la fabrication des trains électriques. Le projet sera implanté près de Tanger, dans la future "Cité Mohammed VI Tanger Tech", une "ville industrielle" portée par le groupe chinois Haite et dont la création a été annoncée en mars dernier. Ce projet pilote occupera une superficie de 50 hectares, dont 30 hectares couverts et créera 2.500 emplois directs. Il prévoit à terme l'installation d'une usine de batteries, d'une usine de véhicules de tourisme électriques, d'une usine d'autobus et de camions électriques et d'une usine de wagons de trains monorail électrique. A cette occasion, le président du groupe "BYD Auto Industry", M. Wang Chuanfu, a salué les excellentes relations sino-marocaines, mettant en exergue l'ensemble des solutions de transport électrique développées par son groupe. "BYD est heureux de coopérer avec le Maroc sur ce projet, et de partager son expérience développée dans plusieurs pays au cours de ces dernières années dans le développement des écosystèmes de mobilité électrique", a affirmé M. Wang Chuanfu, formant le vœu de voir la coopération entre le royaume du Maroc et BYD constituer "un bon exemple pour d'autres pays dans le monde dans le déploiement de solutions énergétiques innovantes". De son coté, le ministre marocain de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a indiqué que ce projet "contribuera à l'édification de la Vision du Maroc pour le développement des relations sino-africaines : celle d'un Maroc, prolongeant la Route de la Soie, vers l'ensemble du continent africain". M. Elalamy a fait observer que ce projet a été rendu possible, grâce à plusieurs facteurs, notamment la visite royale en Chine, en mai 2016, au cours de laquelle plusieurs accords de coopération ont été signés, permettant aujourd'hui à des investisseurs chinois, d'envisager sereinement leur implantation au Maroc. Après les groupes français Renault et Peugeot, BYD est le troisième constructeur automobile à poser pied dans ce pays du Maghreb. Aucune information n'a été communiquée sur le montant des investissements de BYD au Maroc, ni sur la date de mise en service des sites de production. Le Maroc mène depuis quelques années une ambitieuse stratégie d'industrialisation, notamment à Tanger, ville d'un million d'habitants qui abrite aujourd'hui plusieurs parcs industriels. Le secteur automobile y est particulièrement développé, surtout depuis l'implantation sur une zone franche d'une usine Renault, la plus grande d'Afrique.
Lancement d'une initiative pour renforcer la coopération sur l'économie numérique de "la Ceinture et la Route" HANGZHOU, 4 décembre (Xinhua) -- La Chine et six autres pays le long de "la Ceinture et la Route" ont lancé dimanche une initiative pour renforcer la coopération sur l'économie numérique durant la 4e Conférence mondiale de l'Internet organisée à Hangzhou, dans la province chinoise du Zhejiang (est). L'initiative inclut le renforcement de la collaboration pour améliorer l'accès et la qualité de l'Internet à haut débit, la transformation numérique et la coopération sur l'e-commerce, ainsi que pour permettre un soutien accru aux start-ups et à l'innovation. Elle vise également à promouvoir des politiques transparentes pour l'économie numérique et établir un mécanisme de communication multicouches dans le but de créer un cyberespace plus ouvert, ordonné et sûr. L'économie numérique est devenue un moteur important de la croissance économique mondiale, en améliorant la productivité, en favorisant de nouveaux marchés et industries, et en promouvant la croissance durable, selon l'initiative. "L'initiative permettra de nous guider afin de faire avancer la coopération sur les technologies de pointe, d'optimiser l'environnement de l'innovation et rassembler les ressources innovantes", a déclaré Lin Nianxiu, chef adjoint de la Commission nationale du développement et de la réforme. La 4e Conférence mondiale de l'Internet, qui a été inaugurée dimanche, a pour thème "Développer l'économie numérique pour l'ouverture et des bénéfices partagés -- construire une communauté de destin dans le cyberespace".

KIOSQUE A JOURNAUX

Amanien.info © 2017 Tous droits réservés