Derniere Minute
Désormais www.amanien.info sur tablette et smartphone. Contact: 40 01 35 92 |

FESTIVAL INTERNATIONAL DU THÉÂTRE D’ABIDJAN/ DOCTEUR BORIS LIVRE DES CONFIDENCES SUR LE FITHA



01-08-2016

Interview

amanien.info 425 vus
Le célèbre artiste comédien Ivoirien, Ahmed Souané, plus connu sous le nom d’acteur de Docteur Boris, est membre de la compagnie Siamois Expression, promotrice du Festival International du Théâtre d’Abidjan (FITHA). A trois mois de la 8e édition de ce grand rendez-vous du théâtre Africain, il fait des précisions sur le FITHA 2016.


Armand Blédou : A trois (3) mois du FITHA où en êtes-vous avec les préparatifs ?

Ahmed Souané : Les préparatifs du FITHA vont bon train. Comme vous l’avez souligné, nous sommes à trois mois de l’édition de 2016. Évidemment, c’est le moment où on fait le pied de grue à la porte des partenaires pour qu’ils puissent très vite se saisir de nos dossiers et nous apporter leurs soutiens. Concernant les troupes étrangères participantes, les invitations ont déjà été acheminées, et pour ce qui est des troupes locales, nous ferons comme à l’accoutumée des auditions à l’échelle nationale pour les sélectionner.
Quant au partenariat avec la commune de Yopougon, il fonctionne toujours parfaitement. Par ailleurs, pour cette 8e édition, nous voulons quand même décentraliser, pour revenir à la vocation première du FITHA qui se voulait à l’origine un festival qui se tiendrait une année dans un espace et l’autre année dans un autre, ainsi de suite. Nous allons donc démarrer cette année la décentralisation du FITHA sur différents lieux.

Armand Blédou : Cette 8e édition a pour thème : « Paix et développement », quel sera l’impact social des festivités dans les communes ciblées pour cette édition ?

Ahmed Souané : Comme le stipule le thème central « Paix et Développement », la paix c’est le message phare de cette édition. Et, nous voulons au travers des différentes activités de cette édition : théâtre, conte, danse, échange entre festivaliers, conférence, véhiculer ce message dans les espaces qui habiterons nos activités, et au delà de ces espaces partout où le festival étendra son écho, tant sur le territoire national qu’à l’international à travers les médias.
Et assurément, l’impact sera des plus positif, parce que les artistes vont parler de paix, les artistes vont jouer la paix, les artistes vont montrer la voix de la paix. Et inéluctablement, la société, à travers les spectateurs qui viendront, sera impactée positivement.
En ce qui concerne le développement, le théâtre, on ne le dira jamais assez, est un vecteur de développement. C’est une industrie qui embauche une multitude de personnes. Au delà des acteurs qui sont sur scène, vous avez les metteurs en scènes, vous avez les régisseurs, (plateau, lumières, son, scénographie …). Bref, tous ceux qui interviennent dans la chaine de production d’une œuvre théâtrale. Donc, ce sont des éléments qui participent du développement de la culture certes, mais surtout du développement économique d’un pan de la société, de la commune, du pays. Et nous pensons que, l’un mis dans l’autre, la paix et le développement font bien partie intégrante du notre crédo au Festival International du Théâtre d’Abidjan.

Armand Blédou : Quelle est votre implication réelle dans l’organisation de ce festival ?

Ahmed Souané : C’est toujours les mêmes taches qui nous sont dévolues. Nous sommes à la coordination générale. Et donc le travail se fait aussi bien en amont qu’en aval. En amont, c’est la conception de tout ce qui a trait aux principaux axes du festival. Et en suite coordonner les différents secteurs, les différentes commissions, avoir un regard sur les activités de chacune des commissions. Et puis, comme je l’ai dit, en aval, assurer l’exécution justement de tous ce qui a été conçu en amont pendant toute la durée du festival. Donc, notre implication c’est du début jusqu’à la fin.

Entretien réalisé par Armand Blédou wilfridarmand@gmail.com


[...]

Actualités Interview

PENSEE DU JOUR

« De nos jours, plus sans doute qu’au cours des époques successives qu’a traversées l’humanité, la paix mondiale est indivisible."
Vœux du Corps diplomatique, 1er janvier 1967
FELIX HOUPHOUET BOIGNY

METEO

RECEVOIR NOS ARTICLES

Enregistrer votre Nom et votre Email et recevez nos bulletins d'informations hebdomadaire

THEME AUDIO DE LA SEMAINE

Antoinette KONAN

Antoinette KONAN

INVITE DU JOUR

 Bilan et perspectives de la MUGEFCI avce SORO Mamadou PCA de la MUGEFCI

Bilan et perspectives de la MUGEFCI avce SORO Mamadou PCA de la MUGEFCI

KIOSQUE A JOURNAUX

Amanien.info © 2017 Tous droits réservés