Derniere Minute
Désormais www.amanien.info sur tablette et smartphone. Contact: 40 01 35 92 |

BREXIT: Le parlement Européen se réunit hier



29-06-2016

Internationales

amanien.info 304 vus
Le Parlement européen se réunit ce mardi 28 juin en session plénière extraordinaire, et va voter une résolution pour demander au Premier ministre britannique d'engager le Brexit immédiatement. Un séisme, une onde de choc, une énorme surprise : les eurodéputés ne manquent pas d'expressions pour qualifier les résultats du référendum sur la sortie britannique de l’UE. Quelles sont les réflexions mises en œuvre pour éviter une contagion eurosceptique ? Les réunions de groupes politiques se multiplient .« Olala… C’est une onde de choc ! » « Je crains fort que la vague eurosceptique soit irrésistible. » « Le risque de déconstruction et de délitement est réel. » La peur de la contagion règne au Parlement européen. Les députés ne veulent pas laisser ‘’l’europessimisme’’ gagner du terrainPour cela, il faut convaincre les citoyens que l'Europe leur est utile, dit Elisabeth Morin-Chartier, du groupe de droite et centre droit, le Parti populaire européen (PPE) : « Lutter pour l’emploi, nous avons encore beaucoup à faire pour rendre cette Europe sociale vivante, rendre l’Europe sensible. »L'Europe sociale, c'est aussi la vision de Philippe Lamberts, co-président du groupe des Verts/Alliance libre européenne. Parce que l'Europe ne fait plus rêver, il souhaite appuyer sur le bouton « redémarrer » de l'Union et répondre à l'intérêt général.« Si on pense par exemple ,le traité commercial transatlantique, clairement, les citoyens ne l’ont pas demandé, et pourtant on veut leur imposer ce genre de choses. Si on pense à des produits chimiques comme le glyphosate, malgré le fait qu’une majorité de l’opinion européenne n’en veut plus et qu’on peut s’en passer, eh bien non, on s’obstine à pousser ce genre de choses. »
Dans les couloirs du Parlement européen, les députés disent qu'ils vivent un moment historique, évoquent une révoe « Brexit » a des conséquences économiques et financières, même si le ministre britannique des Finances, partisan du maintien dans l'UE, s'est voulu rassurant lundi 27 juin, en affirmant que l'économie britannique est solide et pourra faire face aux défis futurs. Mais la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne a aussi une incidence en matière militaire, et un impact sur la défense européenne.
Les conséquences sur le plan militaire
D'un côté, c'est une armée de près de 200 000 hommes, avec un budget annuel de 35 milliards de livres sterling, 42 milliards d'euros, qui quitte le giron européen. Mais en même temps, il faut bien voir que l'armée britannique a subi des coupes budgétaires très dures depuis le début de la décennie et que cette armée est très peu intégrée dans les opérations de l'Union.
Londres ne participe guère à la politique de sécurité commune de l'UE. Les Anglais ont envoyé leurs frégates durant l'opération Atalante, contre les pirates somaliens - le QG d'Atalante était même à Northwood au nord de Londres. La Royal Navy a renvoyé des navires l'an dernier, pour l'opération Sophia au large des côtes libyennes.
Mais on ne peut pas dire que Londres ait fait preuve de beaucoup d'enthousiasme pour rejoindre EMAM RCA, ou même EUTM Mali, des missions de conseils et de basse intensité en Afrique.
L’Allemagne veut accroître sa place
Après le « Brexit », certains « verrous » pourraient même sauter. Ainsi, on reparle de la création à Bruxelles d'un quartier général européen, un projet auquel Londres s'était toujours opposé, pour ne pas créer de « doublon » avec l'Otan, sous domination américaine, mais qui pour quasiment tous les pays européens reste la seule alliance militaire réellement crédible pour la protection de l'Europe continentale.
Les Anglais qui s'en vont, il reste les Allemands. Berlin souhaite donner de nouvelles missions à ses forces armées : davantage présentes sur la scène internationale et servant les intérêts de l'Allemagne comme au Mali, sous casques bleus de l'ONU, comme annoncé fin 2015.
L'Allemagne est enfin en position dominante chez Airbus qui, dans le secteur de la défense, pourrait gagner en crédibilité, même si d'un point de vue industriel, rien à l'heure actuelle ne remet en cause l'actuelle coopération franco-britannique en matière de missiles ou de drones militaires, même si le « Brexit » pourrait casser la dynamique de ces dernières années.
[...]

Actualités Internationales

PENSEE DU JOUR

? Dans la recherche de la paix, de la vraie paix, de la paix juste et durable on ne doit pas h?siter un seul instant, ? recourir, avec obstination au dialogue. ?
Devant le Corps diplomatique, 1er janvier 1970
FELIX HOUPHOUET BOIGNY

METEO

RECEVOIR NOS ARTICLES

Enregistrer votre Nom et votre Email et recevez nos bulletins d'informations hebdomadaire

THEME AUDIO DE LA SEMAINE

PETIT STEPHANO

PETIT STEPHANO

INVITE DU JOUR

 LE BILAN 2016 DU PORT AUTONOME DE SAN PEDRO AVEC LE DG Hilaire LAMIZANA

LE BILAN 2016 DU PORT AUTONOME DE SAN PEDRO AVEC LE DG Hilaire LAMIZANA

KIOSQUE A JOURNAUX

Amanien.info © 2017 Tous droits réservés