Derniere Minute
Désormais www.amanien.info sur tablette et smartphone. Contact: 40 01 35 92 |

Joseph olivier Gozan pca de Coop-ca DE Cocody: « La justice ordonne à l’Unacoopec-ci,l'organisation de l'assemblée générale de 2013 »



04-07-2015

Interview

amanien 379 vus
Joseph Olivier Gozan est le président de conseil d’administration de la coopérative d’épargne et de crédit coopec de Cocody. Dans cet entretien, il nous parle de ses difficultés avec l’union des coopératives d’épargne et de crédit de Côote d’Ivoire Unacoopec-ci.

-Calvin Wandji: Vous êtes le président du conseil d’administration de la coop-ca de Cocody. Comment se porte votre structure?

-Joseph Olivier Gozan: La coopec de Cocody se porte à merveille. C’est une coopec dynamique, si l’on s’en tient à l’assemblée générale organisée dernièrement. Nous sommes en phase avec nos sociétaires qui ont compris l’engagement que nous avons vis-à-vis de notre maison et la détermination de mener à bien la sécurité des dépôts.

-Calvin Wandji: Vous avez organisé récemment la 16ème assemblée générale de votre coopec. Quelles sont les principales résolutions de cette rencontre?

-Joseph Olivier Gozan: Ce que nous pouvons retenir, c’est surtout la résolution sur la sécurisation des dépôts des sociétaires. Les commissaires aux comptes nous ont fait comprendre qu’il n’y a pas de lisibilité au niveau de nos comptes que nous logeons à l’unacoopec-ci. Nous avons soulevé le problème de la répartition de la charge commune qu’on appelle RCC. En effet, toutes les coopec de Côte d’Ivoire financent le fonctionnement de l’unacoopec-ci. Ces contributions sont définies au cours d’une assemblée générale. A cette occasion, nous évaluons les charges de cette faîtière et nous les répartissons en fonction du mode que nous fixons pour définir ce que doit supporter chaque coopec. Mais nous n’avons pas d’assemblée générale. Nous avons dû aller en justice contre l’actuel administrateur provisoire pour que l’assemblée générale soit convoquée. La justice nous a fait droit et c’est maintenant qu’on va organiser l’assemblée générale de l’unacoopec-ci pour l’année 2013. La coopec de Cocody a tenu ses assemblées générales de 2013 et de 2014 dans le temps imparti par la loi.

-Calvin Wandji: Quel est l’état de vos relations avec l’unacoopec-ci?

-Joseph Olivier Gozan: Vous savez, l’unaccopec-ci voulait nous faire croire que nous ne sommes pas représentatif de notre coopec. Elle estime que le traité de l’OHADA (organisation pour l’harmonisation du droit des affaires) n’est pas applicable au niveau des coopec. Et nous trouvons cela monstrueux. Puisque l’ohada préside aux affaires de tous les pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africain (UEMOA). C’est l’acte uniforme que nous avons adopté et changé nos statuts en fonction de ce traité. L’Unacoopec-ci a adopté ce texte uniforme. Et la coopec de Cocody a adopté l’ohada à partir du 15 septembre 2012. Nous sommes très étonné, alors que nous parlons de gestion efficiente des dépôts de nos sociétaires, que des gens nous citent des arrêtés de 2007, alors que c’est l’ohada qui est applicable en ce moment dans toutes les structures de l’espace UEMOA. L’unacoopec-ci dénonce l’application de règles de l’ohada dans nos textes de base. Voilà notre désaccord. Et l’on nous dit que l’administrateur provisoire qui est venu gérer une structure privée ne peut pas nous rendre compte, et qu’il serait nommé par un ministre et ne doit rendre compte qu’au ministre. La coopec de Cocody fonctionne avec un agrément de l’Etat de Côte d’Ivoire. Nous n’avons pas de problème avec l’unacoopec-ci, mais avec l’administrateur provisoire, qui n’est pas l’administrateur de la Coopec de Cocody. Les structures décentralisées se gèrent elles mêmes.

-Calvin Wandji: Pourquoi est-ce que l’unacoopec-ci fait des ponctions sur les comptes des agences?

-Joseph Olivier Gozan: C’est pour le fonctionnement de l’unacoopec-ci, mais le montant de la contribution de chaque agence est défini en assemblée générale. Mais depuis 2013, je n’ai pas été convoqué à une assemblée générale de l’unacoopec-ci, pour me convaincre de l’utilisation de l’argent qu’on ponctionne sur nos comptes sans mon autorisation. Il y a des ponctions qui ont été fait de Façon unilatérale, sans qu’elle ne soit autorisée par une assemblée générale et nous ne sommes pas d’accord. Je suis le premier gestionnaire du compte de mes sociétaires et c’est pour cela que je me plains. Lors de la dernière assemblée générale de la coopec de Cocody le 27 juin, le commissaire aux comptes a dit qu’il ne peut pas justifier les ponctions qui ont été fait sur notre compte. Nous sommes la seule coopec qui a un commissaire aux comptes parce que nous voulons la transparence.

- Calvin Wandji: Est-ce que cette ponction sans autorisation a été faite sur les comptes des autres agences?

- Joseph Olivier Gozan: Je laisse le soin aux responsables des différentes coopec d’en parler. Je parle de ce qui se passe sur les comptes de ma structure. Mais je pense que d’autres agences coopec subissent la même situation. C’est pour cela que nous voulons l’assemblée générale. Malgré l’administrateur provisoire, le plus grand organe de l’unacoopec-ci qui est l’assemblée des actionnaires, n’est ni suspendu ni dissout.

- Calvin Wandji: Est-ce que les ponctions se font depuis l’arrivée de l’administrateur provisoire ou est-ce que cela se faisait avant son arrivée?

-Joseph Olivier Gozan: Avant nous faisions des cotisations au niveau de l’unacoopec-ci. Le montant de la charge de fonctionnement de l’unacoopec-ci était fixé en assemblée générale et chaque coopec cotisait selon le montant qui lui a été imposé. A la coopec de Cocody nous sommes dirigé par un conseil d’administration et avons fixé depuis 2012 dans notre budget, un montant de 50 millions que nous versons chaque année comme contribution au fonctionnement de l’unacoopec-ci. Maintenant, on nous prélève 69 millions, ce n’ai pas normal et nous refusons cette ponction excessive. On se pose des questions. C’est pour cela que nous voulons l’assemblée générale.

-Calvin Wandji: Parmi les résolutions de la l’A.G du 27 juin, les sociétaires vous ont donné mandat pour protéger leurs dépôts. Comment allez-vous mettre en œuvre cette résolution?
- Joseph Olivier Gozan: La protection des dépôts c’est d’abord la normalisation et le respect de toutes les procédures de fonctionnement de notre structure. C’est parce qu’il ya des dysfonctionnements que nous crions. Ensuite il ya l’accentuation du contrôle. On doit pouvoir rendre compte quand c’est nécessaire. L’instauration d’un commissariat aux comptes a été voulue par notre conseil d’administration, pour la clarté des comptes.

-Calvin Wandji: Est-ce que vous avez recouvré les créances et est-ce que vous pourrez mettre des prêts à dispositions des sociétaires cette année?

-Joseph Olivier Gozan: Nous avons fait un programme triennal de recouvrement. Nous avons prie un cabinet d’avocat pour nous aider dans le recouvrement. Nous avons une commission de recouvrement que je préside avec le président du comité de crédit et des agents chargés du recouvrement. Nous avons constaté que nos sociétaires ont peur de prendre du crédit. Nous avons des réserves pour faire du crédit. Que les sociétaires viennent prendre du crédit pour financer les micro projets.

- Calvin Wandji: Vous vous êtes engagé dans un processus de certification au système de management de la qualité. Comment atteindre cet objectif?

-Joseph Olivier Gozan: Pour ce processus, cela touche tout le monde. Au niveau des dirigeants, nous devons relever tous les défis. Les doivent redoubler d’efforts. Les sociétaires doivent bien se comporter. Cela concerne tout le monde. Nous devons poursuivre la formation, mais chacun à son niveau doit contribuer à l’atteinte de cet objectif. En attendant nous allons partir à l’assemblée générale même si on veut nous en empêcher et je demande à tous les responsables et salariés de la coopec de contribuer à la réussite de cette A.G
Entretien réalisé par Calvin Wandji
[...]

Actualités Interview

PENSEE DU JOUR

? Dans la recherche de la paix, de la vraie paix, de la paix juste et durable on ne doit pas h?siter un seul instant, ? recourir, avec obstination au dialogue. ?
Devant le Corps diplomatique, 1er janvier 1970
FELIX HOUPHOUET BOIGNY

METEO

RECEVOIR NOS ARTICLES

Enregistrer votre Nom et votre Email et recevez nos bulletins d'informations hebdomadaire

THEME AUDIO DE LA SEMAINE

PETIT STEPHANO

PETIT STEPHANO

INVITE DU JOUR

 LE BILAN 2016 DU PORT AUTONOME DE SAN PEDRO AVEC LE DG Hilaire LAMIZANA

LE BILAN 2016 DU PORT AUTONOME DE SAN PEDRO AVEC LE DG Hilaire LAMIZANA

KIOSQUE A JOURNAUX

Amanien.info © 2017 Tous droits réservés