Derniere Minute
Désormais www.amanien.info sur tablette et smartphone. Contact: 40 01 35 92 |

MICRO ENVIRONNEMENT DES ETABLISSEMENTS HUMAINS/LES ABSOLUS DU SYSTEME BIOLOGIQUE : LES PRINCIPES D’ANTERIORITE, D’INDETERMINATION ET DE VARIATION



03-12-2014

Santé

Prof. Docteur Pedro BORGES 455 vus
Les concepts de personne humaine et de groupe. Le groupe : Axe d’intégration et comportement intentionnel. Les interactions et les trajectoires : exercice des charges génétiques dans l’occupation et l’appropriation des espaces dans la durée.

Prof. Docteur Pedro Eurico BORGES, Directeur du Programme Perbor de Recherche Clinique, Epidémiologique et Environnementale - Directeur de l'Institut Clinique AMI – Membre UIPES – Membre AHA – Membre Académie des Sciences de New-York - Directeur Fondateur de l’IUSTI- Président Fondateur du MAMI.

Si toute société est forcément un groupe social, tous les groupes ne sont pas des sociétés ; cependant d’importantes configurations sociales ne sont pas pour autant toutes des sociétés. En sciences sociales, la société était une notion de base qui s’est vue déplacée par le concept de groupe social en tant qu’unité de composition des communautés. Le simple assemblage de personnes ne constitue pas un groupe social puisqu’il y manquerait la signature d’une interaction, d’une relation sociale spécifique dans le sens d’un comportement intentionnel.
En épidémiologie, nous sommes tenus par un temps vécu et par un espace occupé sur lesquels des trajectoires des personnes intégrées vont s’inscrire par la communication réciproque, effective ou potentielle. Le groupe social le plus évident est la famille.
Le plus important n’est pas le nombre des personnes intégrées dans cette réalité sociale, mais la liaison fonctionnelle, spécifique, active ou latente entre elles.
Donc, la famille est un groupe social spécifique, un noyau primaire dont l’importance dérive des rebondissements de son existence, de son exercice au sein de la communauté.
Sur d’autres axes affectifs, émotionnels et d’intérêts de réalisation ou de promotion sociale, selon la hiérarchie des valeurs établies ou supportées par le patrimoine culturel, des membres de la communauté s’organisent en d’autres groupes de configuration diverse et de spécificités différentes. Il y a différents attracteurs, par variation des courants d'alimentation, conduisant à une pluralité de noyaux déterminant les configurations groupales.
Sans la définition rigoureuse de la structure de la population concernée, en spécifiant les unités composantes, et sans la délimitation du champ de l’étude à réaliser, nous ne saurions point arriver à déterminer un échantillon représentatif.
La spécification doit être respectée par la procédure de sélection d’un échantillon surtout quand on aura affaire à des populations en renouvellement ou à des regroupements d’unités collectives (regroupement de villages en Afrique de l'Ouest, groupements de population en fuite vers d'autres pays, etc…).
Si nous sommes face à une communauté numériquement peu importante, cas d’un village de 500 à 1.000 habitants, en conformité avec la délimitation d’un champ d’étude et selon la définition des unités statistiques, nous pouvons inclure la totalité de la communauté ou la totalité des unités intéressées par le processus en évaluation. Dans un tel cas de figure, il n’y aura point d’incertitude. Aucune extrapolation à faire, l’univers étant pris en entier. Mais si le délai d’exécution, le coût de l’opération et la qualité des données importent par excellence, nous procéderons au sondage ayant alors à nous confronter avec une dose d’incertitude due à l’extrapolation des résultats et des conclusions à l’ensemble de la population.
Les résultats du sondage sont strictement liés à l’échantillon. De la même manière, la nature du champ d’étude pèse sur le choix de la population à soumettre à l’évaluation. L’étude de la répartition de la population, par exemple selon les valeurs tensionnelles, peut être réalisée sur les 500 ou 1000 habitants du village. Mais l’étude de la distribution des fréquences d’un événement lié à la vie reproductive des femmes, de la ménarchie à la ménopause, oblige à exclure tous les mâles, toutes les fillettes et les femmes en post-ménopause.
Nous venons de discuter des cas de figure de populations définies sur une base d’espace occupé, sur une base territoriale, village.
Nous pouvons toutefois considérer d’autres populations définies par des axes de liaison spécifique : - association féminine, population d’une école primaire, d’une coopérative agropastorale, d’une usine ou d'un cours par correspondance.
La compréhension des problèmes de santé et leurs solutions respectives passent par la connaissance, l’identification, la description et la saisie de la dynamique interne des différents groupes sociaux spécifiques d’intégration qui se présentent par des plans de clivage et des interfaces, apparemment étanches, mais en fait, hautement perméables aux influences réciproques de par des stimulations et des réponses, de par le principe d’indétermination caractérisant la trajectoire intergroupe et transcommunautaire des personnes intégrant la communauté.
L’indétermination est un principe absolu du système biologique.
Le principe de l’indétermination s’applique aussi aux électrons c’est à dire aux particules à masse presque nulle, mais à énergie relevant de la charge et de la position dans l’orbite. Ainsi certains d’entre eux sont partagés par d’autres atomes. La position d’un des électrons dans l’orbite gravitationnelle suit ce principe d’indétermination et on l’accepte en physique atomique. Toutefois, au niveau de la physique des groupes humains, la puissance et la volonté du pouvoir refusent et font obstacle à la circulation des personnes dans l’orbite sociale aussi bien au niveau du microenvironnement que du macro-environnement communautaire. Il y a une cascade : - Pas de changement d’orbite, pas d’énergie, point de dynamique sociale. Développement ZERO.

En Afrique, le Pouvoir a peur de la personne humaine. L'Etat assure l'annulation de toute structure harmonique, donc de tout émetteur de critique novatrice, par des actions conjuguées en synergie :
- du rouleau compresseur de la bureaucratie,
- du rouleau uniformisant du système étatique de l'enseignement, à fin utile de garantir la consommation du triomphalisme de ses propres mythes.
Les événements démographiques mettent en jeu des réseaux intentionnels multiples et des lignes de force configurent des dynamismes, imprévisibles au départ, donnant origine à des phénomènes d’ordre divers. Les stratifications démographiques formelles sont des nullités quand elles sont prises sans liaison au réseau déterminant la formation des groupes sociaux.
La différentiation étant un processus lié à la charge génétique en exercice, sous des circonstances historiques de lieux et de temps sociologiques les plus diversifiés, elle se déroule à des niveaux d’expression allant des microenvironnements cellulaires, familles et écoles jusqu'aux complexes macro-environnementaux d’intégration. La trajectoire personnelle dans les entreprises, syndicats, associations scientifiques est fonction d’une causalité multiple.
C'est à dire que la connaissance de l'espace des phases du système dynamique d'inclusion implique celle des degrés de liberté en exercice.
Ainsi donc, toute prétention de dictature en voulant imposer une uniformisation ne serait qu’une parodie dont l’échec est dictée d’avance. La ligne de front de la déroute des dictatures de gauche, du centre ou de droite, se trouve à la frontière de la conscience de la personne puisque celle-ci juge et réagit, souvent par résistance passive (Gandhi, Luther King, légion d'autres).
Les groupes sociaux spécifiques se manifestent selon la hiérarchie des valeurs. Les événements les concernant sont imprégnés d’écritures différenciées sous la peau biologique, sur les pans de mur des interfaces socio-culturelles et au sein de la conscience collective, chacune ayant des vitesses d’évolution et des messages différents.
Nous affirmons un lien étroit entre le spectre de puissance d'intervention du groupe social spécifique et le caractère périodique ou quasi périodique des inclusions portant probabilité accrue de valeur critique supportant les bifurcations accélératrices du développement. Ce sont là des ondes de choc qui évitent la stabilité marginale du système social. Un cerveau politique de premier ordre, le médecin Félix Houphouët Boigny, avait perçu cette réalité au point de supporter les intégrations spontanées et d'en proposer au plan politique régional ; les incapables de se profiler pour la compétitivité ne pouvaient pas accepter une telle mise au-devant de l'histoire.
Il ne s’agit pas de considérer tout bonnement un événement isolé, un rapport sexuel, une naissance, un baptême ou un décès mais surtout la motivation intentionnelle, les retombées, les rebondissements et les destinées, c’est à dire, le résultat de l’exercice, des faits qui perdurent au-delà de la consommation biologique. La personne s’éternise par l’inscription dans la conscience collective des faits accomplis.
Les changements au plan biologique sont lents, les mutations étant rares et les accidents contrôlables et localisés. L’inscription des mutations dans le corps communautaire se fait par un processus à long terme, pendant des générations.

L’inertie socioculturelle n’est pas à démontrer, tellement longues ont été les dictatures monarchiques, fascistes, militaro-industrielles et financières, traite négrière, colonialisme et plus récemment, le droit d’ingérence et les PAS (Plans d’Ajustement Structurel).
La vitesse de migration commence dans la conscience de la personne et entraîne les groupes d’inscription vers des changements intégratifs.
C’est pourquoi, tout changement d’un état de santé vers un autre est avant tout du domaine des actions ayant un impact sur la conscience de la personne intégrée.
Un des facteurs déterminants du comportement de paix est l’entière connaissance des faits. Tout commence par la conscience du besoin de paix envers soi-même, afin de permettre la paix avec l’autre entraînant le groupe et la communauté vers une destinée de dignité humaine.
Déjà que les puissants du monde se sont accaparés de la proposition naïve et prétentieuse du droit d’ingérence, attendons pour voir son application par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, fut-il minimalement intéressé par la paix et le développement des nations, sous la forme d’une résolution du type suivant :
- "Dorénavant sous peine d’intervention internationale, les nominations pour les postes de Ministre et de Directeur de la Communication passent par la réussite des prévenus aux tests du coefficient d’intelligence, indépendamment d’autres critères de choix spécifiques aux gouvernements nationaux."

Dans le domaine de la communication plus qu’ailleurs, les trois fonctions de base à savoir, la mémoire, la critique et la transmission prennent de l’ampleur et d’autant plus qu’aucune communication n’est en soi-même inerte. Toute organisation de collecte de données aura d’importantes conséquences sur la qualité et l’étendue des observations effectuées ainsi que des impacts de moins en moins négligeables au sein des populations.
Jusqu’ici, au plan collectif, pas de population sans naissances, pas de naissance sans grossesses, sans fécondité, sans rapports sexuels.
Tout événement de population est encerclé de phénomènes chargés de mémoire.
Descendons à un événement vécu dans le secret de deux consciences vivant une circonstance historique de lieu et de temps, par exemple, la naissance planifiée d’un enfant pour mieux situer le jeu des fonctions de mémoire, de critique et de communication venant de leurs trajectoires intra et transcommunautaires.

TRIANGLE ECHO DU PROGRAMME PERBOR
PERBOR ECHO TRIANGLE-TRIANGULO ECHO DO PROGRAMA PERBOR

Cet événement s’inscrit dans l’histoire passée par ses composantes et se projette à l’avenir par son exercice à l’intérieur du groupe d’inscription. Il se charge d’interactions spécifiques, c’est-à-dire, de mémoire sociale et de critique. Il s’agira de l’exercice d’une charge génétique dans la circonstance historique d’un environnement physique et de la durée d’une culture.
Cet enfant ne deviendra la personne humaine l’homme qui ne subit plus son existence mais celui qui la construit, que par la conscience et l’accumulation du savoir sur des événements passés et présents.
Si l’analyse se doit de déceler et de mesurer l’influence des conditions du moment, nous devons avoir à l’esprit la notion du comportement instantané comme le fruit de deux ordres de facteurs : les uns prenant sens dans une histoire, les autres trouvant leur raison d’être dans les conditions du milieu présent.
Et nous ne serons pas à la hauteur de les distinguer rigoureusement sans la détermination des profils des groupes sociaux spécifiques d’inscription où les événements se sont produits.
La puissance de détermination du groupe social est fonction de sa force de cohésion interne qui garantit à chacun de ses membres la réalisation au moins partielle d’un certain nombre d’objectifs spécifiques et qui fournit l’opportunité et la responsabilité de contribuer au développement global : la réalisation d’une masse critique d’objectifs.
De par les échanges et les réactions des interfaces avec d’autres unités de population, le programme d’organisation et d’intervention du groupe cherche et trouve des racines pour son affirmation ainsi que de nouveaux espaces d’épanouissement par des activités initialement spontanées et postérieurement consolidées au sein de la communauté.
La vie intrinsèque du groupe est bâtie par le comportement des personnes qui l’intègrent, par l’apport des idéaux, en besoins et en priorités, en imagination créative, en motivations nouvelles et en réalisation effective de travail. Les effets cycliques du mouvement des générations portent en soi le risque de la stabilisation marginale ne représentant aucune garantie d'évolution de la communauté.
Par contre, l'intégration de valeurs critiques à la hauteur de masse utile est le point de départ de la bifurcation accélératrice vers le développement par ses effets directs et induits. Cette fonction à l'état brut, sans modulation, prend la forme mathématique de :

Flux de personnes intégrées
Population du groupe d'intégration

Servant de paramètre de contrôle du système, basé sur le comportement temporel des composantes structurales de la communauté. Ceci permet d'analyser, de comprendre et d'anticiper l'évolution démographique, socio-économique et culturelle en régime de flot autonome ou de flux sous contrainte, continu ou en application à temps discret.
En situation naturelle, l'attracteur est l'axe d'agglutination des intérêts communs et le groupe social spécifique correspondant va fonctionner dans un bassin à volume fini défini par le jeu de frottement de l'ensemble des composantes communautaires. La notion de stabilité, au sens de continuité sous condition d'amortissement des impulsions vectorielles, est étroitement liée au concept d'attracteur et d'agencement d'attracteurs synergiques.
Le groupe social spécifique est ressenti comme un outre que moi par la personne intégrée.
Le moteur social est la volonté et la recherche d’une amélioration de la qualité de la vie de la personne et du groupe.
Il y a une multitude de potentialités humaines dormant dans l’être biologique dans l’attente d’expression au rythme des stimulations du triangle ECHO.
Comment les agencer pour l’épanouissement personnel et collectif ?
Le groupe approuve certains types de personnalités et désapprouve d’autres.
La personne s’intègre, s’insère ou s’impose selon la valeur et la hiérarchie des principes et motivations qui l’animent.
La personne est le verbe, le commencement et la fin, le premier et le dernier mot. Ou elle s’intègre ou elle accepte ou elle s’en va. Des trajectoires s'inscrivent.
Reconnaître un problème de santé dans une personne et dans une communauté ne suffit point. Le constat n’est pas une solution.
Le problème sanitaire naît d’un mal-ajustement entre ce qui existe et ce dont requièrent la personne et la communauté pour assurer leur bien-être physique, moral et mental.
Ce qui existe à la base du problème de santé est le non-ajustement des pratiques de conduite aux normes de comportement requises pour l’épanouissement.
Ce qui existe à la base du problème sanitaire est l’institution d’une déviation des priorités de la hiérarchie des valeurs.
La déviation des priorités de la hiérarchie des valeurs, le non ajustement des pratiques et le mal ajustement, entre ce qui existe et ce qui est requis, forcent les systèmes biologique et social à évoluer loin de leur état d'équilibre, dehors de la trajectoire du rendement personnel et communautaire, les conduisant vers la dissipation. Ce sont là des oscillateurs systémiques du corps communautaire, dont l'identification est toutefois indispensable à la bonne gestion sociale.

La personne n’a pas besoin de richesses naturelles pour créer la richesse de la communauté.
La personne n’a point besoin du capital pour créer la richesse de la communauté.
La personne est la richesse capable de faire fleurir des vergers à partir des cailloux et du sable, organiser la production et développer la productivité, extraire ce dont il a besoin de n’importe quoi - sol, mer, air... qui sont là.
La personne invente les méthodologies et les procédures de transformation, rend service, soutient la tonique sociale, engendre la force et canalise les aspirations des communautés. Les communautés sorties de l’histoire ne disposaient plus de personnes puisque étouffées par leurs institutions figées, leurs formalismes stérilisants, leurs béni-oui-oui en légion à la cour. Disparues par empoisonnement endogène, par accumulation d'êtres uniformes, par paralysie sociale, par abolition du métabolisme intermédiaire.
Nous arrivons ainsi aux réalités suivantes :
- la personne intégrée,
- les groupes sociaux spécifiques,
- les sous-globalités caractérisantes

Toutes ayant des niveaux de participation différenciés en matière de contribution à l’état actuel de santé de la population.
Nous devons rappeler que la société humaine est un système dynamique à frottement interne non hamiltonien, non conservatif, par force des interactions d'intérêts en présence, souvent contradictoires, entraînant une dissipation d'énergies d'autant plus importante que le processus d'intégration soit difficulté. L'intégration comporte des modifications du champ des vecteurs et concerne les difféomorphismes en présence dont une des causes est la formation de couples amplificateurs de mouvements tels ceux qui se manifestent à l'intérieur d'une masse fluide.
Un des aspects les plus séduisants de l'approche de la médecine environnementale est celui d'offrir la possibilité de faire varier dans d'assez larges proportions l'importance des frottements internes permettant des anticipations préventives. Les phénomènes de frontière y sont fondamentaux à la compréhension du désamorcement des conflits de par la diffusivité des idées force dont l'intériorisation permet la lecture et la digestion avant la création de ruptures par impréparation et par manque de discernement de la constructivité inhérente.
Malgré les mécanismes d'entretien et de régénération luttant contre la dispersion, par force des effets d'amortissement des charges conduisant à la libération contrôlée de l'énergie, le système biologique est et reste un système dissipatif dans un régime d'évolution plus compliqué qu'une simple décroissance de potentiel.
A niveau plus intimiste, les systèmes enzymatiques corporisent ce mécanisme d'action caractérisé par des coefficients d'amortissement, variables d'iso enzyme à iso enzyme, et par des rythmes pulsionnels, d'échappement par palier, des cascades hormonales. Dans ce cas, à la bifurcation, le système ne subit pas de transformation brutale mais des modifications échelonnées, progressives, sans exclure la bifurcation inverse ou sous-critique ; il y a une fonction d'autocorrélation, c'est à dire que la nouvelle grandeur intégrative porte un degré de ressemblance avec son antériorité ce qui est la garantie de sa prédictibilité.

Au plan strictement physique, la dissipation énergétique par amortissement visqueux – viscosité – résistance au flux par frottement aux parois- est compensée par des apports cinétiques des ondes de choc des frappes cardiaques (impulsion vers l’avant) au niveau de la microcirculation.
Au plan social, c'est à dire, au niveau du profil des phases, prises en isochronie ou en diachronie, l'intégration coordinatrice de la personne aux groupes sociaux spécifiques et de ceux-ci aux sous-ensembles naturellement constitués représente la voie élective de l'économie créative. C'est pourquoi les sociétés qui se développent sont celles qui institutionnalisent l'intégration pluralisée à partir des petites communautés de base à attracteur significatif vers des structures secondaires et tertiaires pour alimenter le circuit des apports énergétiques indispensables au métabolisme social. Une des conclusions imposées par les faits est celle d'un cycle limite vers lequel convergent toutes trajectoires biologiques y incluent les trajectoires sociales.
Si au plan purement somatique le cycle est grossièrement quasi sinusoïdal de la fécondation à la mort, déjà au plan de la personne humaine, c'est à dire de l'être biologique doté d'une hiérarchie des valeurs, et plus encore au niveau de la communauté spécifique des échelles de temps deviennent d'autre type, distincte par la dérive lente interférée par des oscillations de relaxation.
Chaque groupe social spécifique se définissant par un attracteur servant de pôle directeur de la dynamique communautaire et octroyant la tonalité et le tonus de son élan vers des objectifs à atteindre dans la durée de l'exercice, nous comprenons aisément que si ce centre métabolique du groupe ne se concilie point avec les attracteurs constituant autant d'axes propulseurs d'autres groupes en interaction ceux-ci fonctionneront en qualité de facteur troublant à l'origine de comportements, élémentaires et ou de groupe, désaxés corporisant des turbulences soit à l'intérieur du groupe soit intergroupes par des effets en chaîne. Tout système biologique est tenu par des phénomènes périodiques.
Le principe de l'antériorité est un absolu, un sine qua non du système biologique.
Tout manquement au processus de l'intégration coordinatrice va se traduire par des pertes énergétiques et relâchements, par paliers de tiraillement entraînés les uns après les autres par des attracteurs sans maturité, menaçant chaque trajectoire groupale par des forces aléatoires imprévisibles responsables par des implosions conjoncturelles.
Toute structuration sociale fortement ordonnée devient siège de mouvements de réaction faisant lit à un comportement dynamique complexe de nature imprédictible de par la multiplicité de substrats, c'est à dire de configurations groupales informelles dont l'agrégation souterraine devient l'origine de turbulences évoluant vers un chaos social à grand nombre de degrés de liberté.
C'est précisément la volonté de pouvoir basée sur une hiérarchie de valeurs illégitimes qui conduit au manquement de support aux forces de liaison et à l'absence de dispositifs de renforcement structural des groupes sociaux spécifiques des communautés de base naturellement constituées.
En Afrique deux des raisons de la forte propagation du SIDA sont la fragilisation collective de l'institution famille et le remplacement de structures sociales spécifiques par des noyaux de consommateurs et par des groupements de flotteurs, c'est à dire, sans masse spécifique et sans quantité de mouvement, donc en convection dispersive, stationnaire. Des transmetteurs, des tourneurs en rond.
Les modalités et les durées de transition d'un régime intégratif vers un système chaotique passent par des cascades quasi périodiques de fractures et de résorptions sociales, par des intermittences jusqu'à la dissolution dispersive à la faveur de formations tertiaires non significatives, des concepts de volonté de pouvoir telles les larges marges populaires, le peuple, les groupements aléatoires… C'est le cas des systèmes forcés soumis à l'action d'une contrainte extérieure périodique, coercitive, dont la fréquence d'excitation fournit la base de temps pour une modification du comportement.
La recherche méthodologiquement planifiée d’une amélioration de l’état de santé de la population passe par la connaissance des caractéristiques des réalités y concourant : la structure de la population, les modes spécifiques d’occupation des espaces, les formes d’exercice des patrimoines culturels et génétiques en présence. Le travail de fond consiste à comprimer l'information pour faire jaillir les caractéristiques les plus significatives du point de vu de la dynamique déterminant le type d'évolution des groupes sociaux spécifiques en interaction. L'analyse de la communauté et des phénomènes en réalisation en son sein permet d'identifier les propulseurs efficaces vers la meilleure évolution de l'espace de phases.
A chaque espace social correspond une organisation particulière, souvent spécifique, répondant aux différents mécanismes d’interactions entre la personne et les groupes structurés. C'est la raison qui impose l'échantillonnage ou et la conversion numérique si on veut faire, autre chose que des conjectures, l'approximation rigoureuse des données l'unique base assurant la qualité des inférences statistiques permettant l'extrapolation à la population.
Les scientifiques n’ont pas été découragés par l’énorme variation de taille, de poids, d’énergie et de mouvement des particules atomiques. Ils ne le sont point par la variation des personnes et des groupes sociaux spécifiques.
La politique a été et continue d’être passionnée du pouvoir atomique sans vouloir rien comprendre de la puissance illimitée de la personne, l'électron du système social. Les minerais ont été sous terre pendant des siècles comme des inutilités. La personne les a rendus intensément, largement utiles. Y inclus les radioactifs.
Dans le processus du développement, la pierre angulaire de tout changement positif est la transmission de la connaissance utile et utilisable dans la circonstance historique des lieux occupés et du temps vécu par les communautés.
La communication est le processus du partage et de l’échange de la connaissance, des idées, des opinions, du savoir, des espoirs et des valeurs avec l’intention de créer un espace de compréhension et un changement de comportement.
La notion du partage n’est pas passive et innocente puisqu’elle implique des actions, de la part de tous les participants au processus de la communication, quelques-unes immédiates, d’autres différées mais toutes ayant des rétroactions certaines.
En matière de santé, la prévention consiste en l’agencement de méthodologies et procédures de provocation de rétroactions et mécanismes de création de réflexes déterminant des comportements de réalisation et de défense de la vie de la personne et des communautés.
Il s'agit de provoquer le passage d'un régime dynamique à un autre, de modifier l'importance relative des linéarités présentes pour déclencher l'intervention des non linéarités au sein du métabolisme communautaire. En terme de médecine de l'environnement, il s'agit de promouvoir une structuration du milieu réactionnel vers de nouveaux modes d'exercice d'occupation des espaces communautaires en renforçant la constructivité des inhomogènes dans la durée du renouvellement du contenu et de la capacitance des réacteurs sociaux.

De la même façon qu'en cinétique chimique nous utilisons un paramètre de contrôle sous forme d'une expression mathématique, en économie de la santé nous faisons varier la hiérarchie relative des effets linéaires - vitesse de diffusion horizontale de l'information utile - en tant que facteur multiplicatif ayant répercussions bénéfiques sur le métabolisme social, transformant l’organisation de santé en facteur de développement durable.


[...]

Actualités Santé

PENSEE DU JOUR

« Nous sommes tous solidaires du même destin, du destin de l’Afrique et si nous pouvons mener de front la lutte pour la paix à l’intérieur de nos pays, la paix entre nos pays, la paix entre nos pays et le reste du monde, alors nous aurons servi l’Afrique. »
Conférence de presse sur le dialogue
Abidjan, 28 avril 1971
FELIX HOUPHOUET BOIGNY

METEO

RECEVOIR NOS ARTICLES

Enregistrer votre Nom et votre Email et recevez nos bulletins d'informations hebdomadaire

THEME AUDIO DE LA SEMAINE

Antoinette KONAN

Antoinette KONAN

INVITE DU JOUR

 Bilan et perspectives de la MUGEFCI avce SORO Mamadou PCA de la MUGEFCI

Bilan et perspectives de la MUGEFCI avce SORO Mamadou PCA de la MUGEFCI

KIOSQUE A JOURNAUX

Amanien.info © 2017 Tous droits réservés