21ème journée Africaine de la Technologie et de la propriété Intellectuelle: Pierre Djibril Coulibaly ( président de la FEDINCI)  » La Côte d’Ivoire industrielle, c’ est possible maintenant »

110
0
Share:

La 21 Journée Africaine de la Technologie et de la propriété Intellectuelle a été célébrée le lundi 14 septembre. A cette occasion, le président de la Fédération des Inventeurs et Innovateurs de Côte d’Ivoire ( FEDINCI) a lancé un appel pour la valorisation des inventions et pour une industrie authentique en Côte d’Ivoire.Selon lui, l’ invention sous toutes ses formes, contribue de façon majeure aux performances économiques et au bien-être social. Il ajoute que l’innovation qui résulte de la recherche, des inventions et de la création, est une matière obligatoire pour aller au développement et s’ y maintenir. Car elle influe directement sur la production, la création d’ emplois et permet de faire face à des enjeux de dimension mondiale comme la santé, l’ éducation, l’ environnement et même la paix.  » La Côte d’Ivoire est résolument engagée sur la voie du développement et elle gagnerait à s’ appuyer sur ses innovations dès maintenant.Les inventions sont un facteur important de l’ expression de la souveraineté des Etats.Et les brevets d’ inventions sont un puissant outil de prise de contrôle de la connaissance » dit-il.

Ainsi, la Côte d’Ivoire peut , selon le président de la FEDINCI, tirer d’ énormes bénéfices de ses inventions, par exemple en surmontant certaines difficultés économiques et de gouvernance
Mais aussi en boostant durablement sa croissance dans plusieurs secteurs importants et en tenant la concurrence régionale et mondiale entres autres. Selon lui, la Chine, première puissance économique mondiale est aussi le premier pays au monde en nombre de dépôt de brevets d’ inventions. Tout comme l’ Allemagne en Europe et l’ Afrique du Sud.  » La Côte d’Ivoire, si elle veut être une puissance économique viable n’ a pas le choix, elle doit promouvoir l’ invention maintenant » dit Pierre Djibril Coulibaly. La Côte d’Ivoire à travers ses inventeurs, est détentrice de près de 300 brevets d’ inventions dans divers domaines dont l’ énergie, l’ éducation, l’environnement, les Tics, la santé, l’ agro-alimentaire ect..La Côte d’Ivoire, à travers l’ Organisation Mondiale de la propriété Intellectuelle ( OAPI) basée à Yaoundé, représentée à Abidjan par l’ Office Ivoirien de la propriété Intellectuelle ( OIPI), apporte de précieux supports techniques et financiers dans le processus d’ obtention et du maintien des brevets d’invention.Des acteurs du secteur privé, dans un programme dénommé Étude prospective Côte d’Ivoire 2040, accordent une certaine place à l’ innovation et proposent la création d’ une Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche.Ainsi que la prise d’ une loi d’ orientation du développement de la recherche et l’ allocution d’ au moins 1 % du produit intérieur brut ( PIB) à la recherche.
Selon Pierre Djibril Coulibaly, la Côte d’Ivoire dispose dans l’ immédiat de plusieurs centaines de produits d’inventions qui attendent d’ être mis sur le marché.  » Les coûts nécessaires pour cette valorisation ne dépassent pas 10 milliards fe francs cfa , alors que les chiffres d’ affaires attendus sont de l’ ordre de centaines de milliards au bout de 3 à 10 ans , avec la création de nombreuses industries nouvelles et de plusieurs milliers d’ emplois directs ». Généralement, l’ inventeur s’ est épuisé financièrement pour viabiliser sa trouvaille et ensuite réaliser un prototype et ne peut plus continuer sur fonds propre. L’ État doit soutenir la poursuite du processus jusqu’à la viabilisation totale du produit d’ invention a dit le président de la FEDINCI.
C.W

Share:

Leave a reply