Déconfinement, racisme… Ce qu’il faut retenir du discours d’Emmanuel Macron.

Share:

Pendant une quinzaine de minutes, le président de la République s’est adressé ce dimanche aux Français pour la quatrième fois depuis le début de l’année. Il a notamment détaillé la phase suivante du processus de déconfinement et posé les premiers jalons de « l’après-Covid ». Voici les principales annonces à retenir du chef de l’Etat.

  • L’ensemble du territoire métropolitain passe en zone verte

A partir de ce lundi 15 juin, l’ensemble du territoire français à l’exception de Mayotte et de la Guyane passera en zone verte. Les cafés et les restaurants pourront donc rouvrir en Ile-de-France. Les crèches, les écoles et les collèges pourront également accueillir dès le 22 juin tous les enfants dont la présence sera obligatoire. Aucune annonce n’a en revanche été faite sur les lycées. Les visites dans les maisons de retraites seront de nouveau autorisées à partir de ce lundi. « A partir de demain, nous allons pouvoir tourner la page du premier acte de la crise que nous venons de traverser », a déclaré Emmanuel Macron.

  • Le second tour des municipales aura bien lieu le 28 juin

Emmanuel Macron a confirmé que le second tour des élections municipales pourra bien « se dérouler dans les communes concernées le 28 juin », ajoutant qu’il faudra cependant « éviter au maximum les rassemblements » qui resteront « très encadrés », car « ils sont la principale occasion de propagation du virus ».

  • « Une première victoire contre le virus »

Le président a également salué « une première victoire contre le virus » responsable de la pandémie de Covid-19. « La lutte contre l’épidémie n’est pas terminée, mais je suis heureux de cette première victoire contre le virus », a-t-il déclaré, en rappelant toutefois aux Français de rester vigilants face au virus qui continue de circuler même si les indicateurs semblent jusqu’ici plutôt favorables.

  • Des leçons à tirer de la crise sanitaire

Emmanuel Macron a également souhaité tirer « toutes les leçons » de la crise sanitaire, assurant que « nos forces, nous les conforterons, nos faiblesses, nous les corrigerons vite et fort ». « Nous pouvons être fiers de ce qui a été fait et de notre pays. Bien sûr cette épreuve a aussi révélé des failles, des fragilités : notre dépendance à d’autres continents pour nous procurer certains produits, nos lourdeurs d’organisation, nos inégalités sociales et territoriales. Je veux que nous tirions toutes les leçons de ce que nous avons vécu », a déclaré le président de la République.

  • « Reconstruire une économie forte, écologique et souveraine »

La France a mobilisé 500 milliards d’euros pour préserver son économie et ses emplois, a déclaré Emmanuel Macron. « Nous ne financerons pas ces dépenses en augmentant nos impôts », a-t-il assuré malgré l’explosion de la dette nationale, promettant de s’engager pour la création de nouveaux emplois et, si besoin, d’inciter à des relocalisations. Le chef de l’Etat a toutefois précisé que cette « reconstruction devait être écologique mais aussi sociale et solidaire ».

  • Pas de hausse d’impôts, mais « travailler et produire davantage »

Face à la crise économique brutale qui s’annonce, le président a donc exclu d’augmenter les impôts pour financer 500 milliards d’euros de dépenses liées à la crise, mais prévenu qu’il fallait « travailler et produire davantage pour ne pas dépendre des autres ». « La reconstruction économique, écologique et solidaire sera la clé de notre indépendance », a-t-il ajouté avant d’annoncer un « investissement massif pour l’instruction, la formation et les emplois de la jeunesse », particulièrement menacée par la crise économique.

  • La France sera « intraitable » face au racisme

La France se montrera « intraitable » face au racisme, mais « n’effacera aucune trace ni aucun nom de son histoire », et « ne déboulonnera pas de statue », a déclaré dimanche le président français Emmanuel Macron après une série de manifestations en France inspirées par les protestations aux Etats-Unis où des manifestants ont détruit des monuments jugés racistes.

Le président, sans jamais mentionner directement le mouvement de protestation contre les violences policières qui émerge actuellement en France, a également tenu à apporter son soutien aux forces de l’ordre. Les policiers et gendarmes « méritent le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la Nation » a-t-il déclaré, avant d’ajouter : « sans ordre républicain, il n’y a ni sécurité, ni liberté. Cet ordre ce sont les policiers et gendarmes sur notre sol qui l’assurent. Ils sont exposés à des risques quotidiens en notre nom ».

  • Des décisions fortes à venir pour l’égalité des chances

Après les manifestations contre les discriminations et les violences policières ayant eu lieu ces derniers jours en France, Emmanuel Macron a toutefois promis « de nouvelles décisions fortes pour l’égalité des chances ». « Notre combat doit se poursuivre et s’intensifier pour permettre d’obtenir les diplômes et les emplois qui correspondent aux mérites et talents de chacun, et lutter contre le fait que le nom, l’adresse, la couleur de peau réduisent encore trop souvent dans notre pays les chances que chacun doit avoir », a-t-il ajouté.

Nous sommes une nation où chacun, quelles que soient ses origines, sa religion, doit trouver sa place. Est-ce vrai partout et pour tout le monde ? Non.

Emmanuel Macron sur l’égalité des chances en France

  • Une prochaine intervention du président en juillet

A la fin de son allocution, le président a affirmé qu’il s’adresserait à nouveau aux Français en juillet pour préciser un « nouveau chemin » et « lancer les premières actions ». « Nous avons devant nous des défis historiques. Pour les relever, n’oublions jamais nos forces, notre histoire, notre jeunesse, notre sens du travail et de l’engagement, notre volonté de justice, notre capacité de créer pour vivre et changer le monde, notre bienveillance ».

Source : RFI

Share:

Leave a reply