logo
depeches :
- - Bookmark and Share


- Source:

La Chine approuve un vaccin contre Ebola BEIJING, 20 octobre (Xinhua) -- La Chine a approuvé un vaccin qu\'elle a développé contre le virus Ebola, a annoncé vendredi l\'Administration nationale des produits alimentaires et pharmaceutiques. Le vaccin a été développé par l\'Académie des sciences médicales militaires et CanSino Biologics INC. Cette approbation fait de la Chine le troisième pays au monde à développer un vaccin contre ce virus, après les Etats-Unis et la Russie. La vaccin est basé sur le type de gènes mutants de 2014 et prend la forme d\'une poudre lyophilisée. Il peut rester stable pendant au moins deux semaines dans un environnement présentant une température maximum de 37 degrés Celcius et est adapté au climat de l\'Afrique de l\'Ouest. Le vaccin a été cliniquement approuvé par l\'administration en février 2015 et a subi des essais cliniques en Sierra Leone, qui compte parmi les pays les plus gravement touchés par le virus Ebola. Ce virus a été découvert en 1976 et a affecté à partir de 2013 des pays comme la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone, faisant plus de 11.000 morts. Fin

L\'Ethiopie souhaite la libération de 70 ressortissants emprisonnés en Zambie ADDIS ABEBA, 20 octobre (Xinhua) -- Le gouvernement éthiopien s\'efforce d\'obtenir la libération de 70 ressortissants emprisonnés en Zambie depuis début octobre, a annoncé vendredi Meles Alem, porte-parole de la diplomatie éthiopienne. Il a précisé que le ministère des Affaires étrangères travaillait avec son ambassade à Lusaka, la capitale zambienne, pour chercher à obtenir leur libération. La police zambienne a annoncé le 15 octobre avoir arrêté 70 ressortissants éthiopiens soupçonnés d\'être impliqués dans une affaire de trafic d\'êtres humains. M. Alem a fait savoir que son ministère avait récemment contribué au rapatriement de 147 Ethiopiens purgeant des peines dans des prisons zambiennes, dont certains condamnés à 15 ans de prison pour entrée illégale en Zambie. Des trafiquants d\'êtres humains utilisent des pays tels que la Zambie comme point de transit pour faire entrer des Ethiopiens en Afrique du Sud, où vivent clandestinement des dizaines de milliers d\'Ethiopiens. Fin (PCC Congrès) De hauts dirigeants du PCC appellent à appliquer la Pensée de Xi Jinping BEIJING, 20 octobre (Xinhua) -- De hauts dirigeants du Parti communiste chinois (PCC) ont appelé jeudi à déployer des efforts pour comprendre et appliquer pleinement la Pensée du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère de Xi Jinping. \"Cette Pensée représente le dernier acquis de la sinisation du marxisme et constitue un composant important du système des théories du socialisme à la chinoise\", a indiqué Li Keqiang lors de discussions de groupe au cours du 19eCongrès national du PCC. Selon M. Li, la pensée de la \"nouvelle ère\" de M. Xi est un guide d\'action à long terme auquel le Parti doit adhérer et qui doit être pleinement compris et appliqué afin de mettre en oeuvre de manière intégrale l\'esprit du Congrès. Lors des discussions de groupe, Wang Qishan a de son côté appelé à étudier minutieusement et à saisir la Pensée de la \"nouvelle ère\" de M. Xi et à appliquer fidèlement les objectifs stratégiques fixés lors du Congrès. La Pensée de la \"nouvelle ère\" de M. Xi doit être étudiée, comprise et mise en application de manière ferme, afin de réaliser de nouveaux progrès dans la grande cause du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, a pour sa part affirmé Zhang Gaoli lors des discussions de groupe. MM Li, Wang et Zhang sont tous membres du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC. La Pensée du socialisme à la chinoise de la nouvelle ère est basée sur et enrichit le marxisme-léninisme, la pensée de Mao Zedong, la théorie de Deng Xiaoping, la pensée importante de la \"Triple Représentation\" et le concept de développement scientifique, selon un rapport présenté mercredi par M. Xi au 19e Congrès national du PCC. Fin

Un foyer de peste porcine africaine confirmé dans le nord de la Côte d\'Ivoire ABIDJAN, 19 octobre (Xinhua) -- Une épidémie de peste porcine sévit depuis septembre dans le département de Ferkessédougou, dans le nord de la Côte d\'Ivoire, a annoncé jeudi le ministère des Ressources animales et halieutiques. Un laboratoire a procédé à des examens sur les porcs et a confirmé cette épidémie. Dans un communiqué transmis à Xinhua, il précise que les enquêtes montrent que \"la mortalité est souvent proche de 100% et concerne les porcs de tous les âges\". Pour circonscrire la zone affectée et contenir le virus, le gouvernement a interdit tout mouvement de porcs et de sous-produits dérivés provenant des localités touchées. Il préconise aussi la désinfection des porcheries, du matériel d\'élevage et des lieux contaminés, ainsi que la réactivation des organisations de défense sanitaire d\'élevage de porcs sur toute l\'étendue du territoire ivoirien. Une veille sanitaire nationale, y compris dans les régions non touchées, a été instituée pour éviter la propagation du virus et des postes de contrôle ont été établis pour éradiquer l\'épidémie. En septembre 2014, un foyer de peste porcine avait été signalé dans la ville portuaire de San Pedro (sud-ouest). La peste porcine africaine s\'est déclarée pour la première fois en Côte d\'Ivoire le 16 avril 1996 et a entraîné la perte de près de 30% du troupeau porcin, dont 80% des porcs du secteur commercial, selon des chiffres officiels. Fin

Le Burkina lancera un programme d\'électrification au profit de 22 000 ménages OUAGADOUGOU, 19 octobre (Xinhua) -- Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré va procéder samedi prochain au lancement du Programme spécial d\'électrification de 189 localités au Nord du pays. Selon un communiqué officiel du gouvernement, c\'est dans le cadre de la mise en œuvre de la politique d\'électrification rurale que l\'État burkinabé a bénéficié de l\'accompagnement de la Banque Mondiale à travers le \"Projet d\'Accès aux Services d\'Electricité\" pour un financement d\'environ 50 millions de dollars. A terme, plus de 22 000 ménages auront accès aux services d\'électricité. Ce projet vise selon le gouvernement burkinabè à accroître le taux d\'accès des populations à l\'énergie, à améliorer le cadre de vie pour un développement économique et social des zones rurales. Le Parlement burkinabè a voté une loi consacrant la libéralisation du secteur de l\'énergie, autorisant ainsi les sociétés privées à s\'investir dans la production et la vente de l\'électricité pour faire face au déficit énergétique dans un pays où le taux de couverture en électricité est de 19%. Début octobre, le gouvernement a adopté six décrets d\'application de cette nouvelle loi sur le l\'énergie en vue de réglementer le secteur de l\'énergie levier du développement économique du pays. Fin

La cybercriminalité continue d\'augmenter en Chine BEIJING, 16 octobre (Xinhua) -- Au cours des neuf premiers mois de l\'année 2017, 710 personnes ont été accusées de crimes en ligne, soit une hausse annuelle de 80,7% en glissement annuel, a annoncé lundi le Parquet populaire suprême de la Chine. Le parquet a traité 334 affaires durant la même période, soit une hausse annuelle de 82,5%, selon Wang Songmiao, porte-parole du parquet. \"La cybercriminalité est de plus en plus organisée et est le fait de bandes, notamment dans les cas de jeux d\'argent et de fraudes en ligne\", a indiqué M. Wang. \"Nous avons enregistré de plus en plus de formes différentes de cybercriminalité, dont des cyber-attaques, des fraudes en ligne, des jeux d\'argent et de la pornographie en ligne, entre autres. Le non respect des informations personnelles, la propagation des rumeurs en ligne, le cyber-chantage, le cyberterrorisme et la vente de drogues en ligne continuent d\'augmenter\", a indiqué la porte-parole. Selon lui, le nombre de crimes en ligne, notamment la cybercriminalité transfrontalière, continuera d\'augmenter dans un avenir proche. Les autorités judiciaires sont en train d\'étudier des mesures pour renforcer le contrôle et la gestion des crimes en ligne. Fin

Burkina : un poste de police attaqué dans le nord OUAGADOUGOU, 16 octobre (Xinhua) -- Le poste de police de Sollé, localité située au nord du Burkina Faso, a été attaqué dans la nuit de dimanche à lundi par des assaillants non identifiés, a-t-on appris de sources locales. Des témoins contactés qui n\'ont pas été à mesure de fournir un bilan, annoncent toutefois des dégâts matériels importants. Le nord du Burkina Faso est régulièrement la cible d\'attaques terroristes depuis 2015. Dans un rapport intitulé \"Nord du Burkina Faso : ce que cache le jihad\", l\'International Crisis Group appelle les autorités burkinabè à développer des réponses qui tiennent compte des dimensions sociales et locales de la crise dans cette partie du pays. Ce rapport, publié jeudi à Dakar, au Sénégal, se focalise sur la province du Soum, épicentre du conflit et lieu de naissance du groupe Ansarul Islam dirigé par Malam Ibrahim Dicko. Selon Crisis Group, longtemps épargné par les groupes armés actifs au Sahel, le Burkina Faso est confronté à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières visant la partie nord du pays. Le rapport souligne que l\'insécurité au Nord du Burkina ne résulte pas uniquement d\'un déficit de développement, d\'une incompréhension entre un Etat central et un territoire lointain ou de l\'influence négative d\'un voisin en guerre. \"Elle est surtout le résultat d\'une crise profonde qui agite les groupes humains qui habitent les terroirs du Nord. C\'est sur ces fractures très locales entre maîtres et sujets, dominants et dominés, anciens et modernes que Malam Dicko a bâti sa popularité\". Pour Crisis Group, la résolution définitive de la crise dépendra en partie de la stabilisation du Mali ainsi que de la mise en place par le gouvernement et ses partenaires de plans efficaces de développement. Mais elle viendra aussi et surtout de la création de nouveaux équilibres sociaux et d\'un règlement par les populations locales de leurs divisions actuelles. Fin

Zuma réaffirme son engagement en faveur de l\'établissement d\'une ZLEC en Afrique LE CAP, 9 octobre (Xinhua) -- Le président sud-africain Jacob Zuma a réaffirmé lundi l\'engagement de l\'Afrique du Sud en faveur de la création d\'une zone de libre-échange continentale (ZLEC), comme le prévoit l\'Union africaine (UA). L\'Afrique du Sud prend très au sérieux les négociations de la ZLEC, car l\'intervention a le potentiel de contribuer positivement à la croissance économique et au développement en Afrique, a déclaré M. Zuma, tout en répondant aux questions des parlementaires à l\'Assemblée nationale. \"Notre engagement à l\'égard de la ZLEC est attesté par le fait que l\'Afrique du Sud a accueilli la réunion de l\'Assemblée des chefs d\'Etats de l\'UA qui a lancé les négociations de la ZLEC\", a déclaré M. Zuma. L\'UA a décidé en 2012 de créer la ZLEC d\'ici octobre 2017 et la décision a été réaffirmée à Addis-Abeba (Éthiopie) en novembre 2016. L\'objectif est de renforcer le commerce intra-régional et de faire en sorte que les pays africains font du commerce les uns avec les autres à de meilleurs conditions que celles des pays tiers. La ZLEC est également l\'une des priorités de l\'Agenda 2063 établi par l\'UA. Apparemment se référant à des préoccupations sur peu de progrès réalisés dans la mise en place de la ZLEC, M. Zuma a indiqué que l\'Assemblée des chefs d\'Etats de l\'UA reçoit régulièrement des informations sur les progrès. Chaque partie à la négociation procède à une évaluation souveraine des avantages de l\'entrée dans les négociations de la ZLEC et fait en sorte que les avantages l\'emportent sur les considérations négatives qui en découlent, a déclaré M. Zuma. En Afrique du Sud, les négociations de la ZLEC reçoivent la plus grande attention politique, a déclaré M. Zuma. Il a souligné que son pays fournirait les conseils nécessaires pour progresser rapidement vers la conclusion de la ZLEC. \"Pour démontrer notre engagement à finaliser rapidement les négociations de la ZLEC, l\'Afrique du Sud a récemment accueilli des réunions des groupes de travail techniques de la ZLEC et d\'un forum de négociations du 20 août au 2 septembre 2017 à Durban\", a déclaré le président sud-africain. En outre, l\'Afrique du Sud a fait des propositions spécifiques pour la conclusion des négociations de la ZLEC, a-t-il ajouté. L\'Afrique du Sud a avancé l\'approche d\'intégration au développement de la ZLEC qui combine l\'intégration du marché, le développement industriel et d\'infrastructure, selon M. Zuma. Cette approche garantit que l\'Afrique s\'attaque aux contraintes fondamentales au commerce intra-africain et à l\'intégration de l\'Afrique dans l\'économie mondiale, y compris les contraintes liées à la production et à l\'offre, a expliqué M. Zuma. L\'Afrique du Sud soutient les accords de libre-échange qui reconnaissent expressément les différences de niveau de développement et créent par conséquent des obligations différenciées, a-t-il noté. \"L\'Afrique du Sud est donc résolue à faire en sorte que la ZLEC profite à tous les Etats membres de l\'UA\", a déclaré M. Zuma. L\'Afrique du Sud défend également le maintien de l\'espace de politique dans tout accord de libre-échange pour la promotion des objectifs nationaux de développement tels que l\'industrialisation, l\'accès à une santé publique abordable et l\'introduction d\'autres mesures de développement dans toutes les négociations de libre-échange auxquelles participe l\'Afrique du Sud, y compris la ZLEC, a déclaré M. Zuma. Fin

Nom:
Email:
Restez Connectés
face-book
Facebook
twitter
Twitter

Flux Rss